MM
   
 

CSS Menu Css3Menu.com

 
  L E   P A R C O U R S  
 

                                                                                         BIEN TERMINER L'ANNEE

 Leurs vacances achevées - des vacances bien courtes - revoici les champions d'Afrique qui reprennent le collier.Pour ce mois de Septembre, celui de la reprise des matches internationaux, l'Algérie avait programmé deux rencontres.Mais en définitive, il n'y en aura qu'une seule, le lundi 9 contre le Bénin; le Ghana prévu pour le jeudi 5, s'étant désisté. Qu' à cela ne tienne, en Octobre il y aura deux autres occasions pour disputer des matches amicaux de préparation.

                                                                                                     ALGERIE - BENIN

Pour ce rendez-vous,le sélectionneur Djamal Belmadi a convoqué 23 joueurs, dont 19 avaient participé au sacre africain de Juillet au Caire. Quatre absents pour différentes raisons : Farés, gravement blessé à l'entraînement, Zeffane, sans club, Boudaoui et Ounas, venant à peine de changer de club. Et à ce sujet, il est bon de souligner que 10 joueurs, champions d'Afrique, ont changé de club, durant l'intersaison.Belaïli et Tahrat ont opté pour l'Arabie Saoudite; Brahimi et Guedioura pour le Qata r; Bennacer a rejoint le Milan AC, Abeid est allé de Dijon à Nantes, Slimani de Fenerbahce à Monaco et Bensebaïni de Rennes à Moenchengladbach.

A l'effet de remplacer les 4 absents, le coach a procédé à quelques rappels : le latéral gauche Ilyes Chetti, les milieux offensifs, Benrahma et Ferhat et enfin Hocine BENAYADA, le latéral droit du CS Constantine, "oublié" depuis 2015. Mieux vaut tard que jamais ! Dans ce groupe , il y aura peut-être à craindre pour l'homogénéité et la cohésion, pour la simple raison que certains joueurs, ayant repris plus tôt avec leur club, sont plus en avance sur le plan de la forme physique. On verra bien ce qu'il en est sur le terrain.

Lors d'un point de presse, Djamal Belmadi a regretté l'annulation du match face au Ghana et a affirmé que le prochain objectif était la qualification pour la Coupe du Monde 2022 !! A-t-il omis,volontairement ou non, la CAN 2021, dont les qualifications débuteront pourtant dès le mois de Novembre 2019 ?

Le Bénin n'est pas le premier venu, pour différentes raisons. 1. C'est le seul pays à avoir battu (1-0), en octobre 2018,la sélection de Djamal Belmadi alors qu'il dirigeait son troisième match en tant que sélectionneur. 2. Lors de la CAN 2019 au Caire, le Bénin avait créé une des sensations du tournoi, en éliminant le Maroc en 1/8 de finale. 3. Il y a quatre jours, il a battu la Côte d'Ivoire (2-1), en match amical, disputé en France. A Alger; il est arrivé, privé de trois de ses meilleurs joueurs, dont le capitaine et meneur de jeu, Stéphane Sessegnon.

Ceci ne l'a pas empêché de montrer un très beau visage, qui illustre les progrès accomplis sous la direction du français Michel Dussuyer. A l'occasion de cette reprise, Belmadi avait choisi de reconduire l'équipe "de gala" victorieuse de la récente CAN. Le gardien M'bolhi était présent, protégé par Atal,Mandi,Benlamri et Bensebaïni. Le milieu était composé de Guedioura,Feghouli et Bennacer. En attaque, confiance renouvelée dans le trio Mahrez,Bounedjah et Belaïli.

Ce fut très certainement un match de début de saison au cours duquel, il est apparu clairement que de nombreux joueurs étaient loin de leur bonne forme physique. On le pressentait et cela s'est vérifié sur le terrain. Ce fut tout de même un match ouvert, plaisant, presque spectaculaire ( 25 tirs cadrés ), disputé dans un excellent état d'esprit, avec de très beaux mouvements offensifs et dans lequel le Bénin a offert une très bonne partition menaçant à plusieurs reprises les buts de M'bolhi. Moins de 20 minutes avant la fin du match, des remplacements sont intervenus du côté algérien.Ceux de Slimani et Yacine Brahimi, s'avèreront décisifs. En effet, deux minutes après son entrée sur le terrain et touchant son premier ballon, Brahimi s'échappe et déborde sur le flanc gauche, avant d'être fauché dans la surface. Le pénalty, indiscutable est accordé par l'arbitre égyptien. Slimani va s'y prendre à deux fois pour ouvrir le score, le gardien de but ayant bougé lors de la première tentative. 72° minute 1-0. Le score en restera là, malgré deux ratés monumentaux de Slimani en toute fin de match 89°et 92° minutes.

L'atmosphère était à la fête. Le public a répondu aux appels lancés par Belmadi et Mahrez avant le match. Ils furent très nombreux ,des familles entières, beaucoup d'enfants, ont rempli les gradins du stade du 5 Juillet à Alger, préféré au stade fétiche de Blida. Ils se sont montrés très disciplinés ( ni pétards, ni fumigènes ) et visiblement très joyeux. Ce fut l'occasion de présenter au grand public la Coupe d'Afrique et de rendre un dernier hommage au défenseur Rafik HALLICHE qui a choisi de prendre, ce soir-là, sa retraite internationale. Halliche avait débuté en 2008, à 21 ans. Il est celui qui a disputé le plus de matches (8) lors des 2 Coupes du Monde (2010 et 2014). Halliche a également pris part à 4 phases finales de Coupe d'Afrique des Nations (8 matches). Il aura ainsi passé plus de onze années en sélection, au cours desquelles il n'a totalisé que 41 capes, ayant été absent lors des années 2011, 2012 puis 2016, 2017 et 2018.

A l'issue du match, Djamal Belmadi a déclaré: "Nous avons dominé notre sujet, mais manqué de réalisme...quand on a des occasions, il faut les mettre dedans." Afin de bien préparer les 2 échéances officielles du mois de Novembre prochain, pour le compte de la CAN 2021, il a précisé qu'il comptait sur le mois d'Octobre, pour affiner le travail en rencontrant soit, 2 belles équipes africaines, soit une solide équipe africaine, plus un match de prestige, ce dernier face à  un éventuel adversaire sud-américain. Il déclare avoir donné son avis et attend que la Fédération s'occupe de la question.

Les matches amicaux ne rapportent pas gros...La victoire face au Bénin a signifié 3 points de plus, pour notre sélection dans le nouveau classement FIFA du mois de Septembre. Mais grâce au recul de l'Islande et du Paraguay, elle gagne tout de même 2 places et en totalisant 1466 points elle se retrouve 38° sur le plan mondial. Son classement africain (4°) reste inchangé.

Les adversaires pour les deux matches amicaux du mois d'Octobre prochain, seront la République démocratique du Congo, à Blida , le 10 du mois, puis la Colombie, cinq jours plus tard à Lille (France).Pour préparer les matches contre la Zambie et le Botswana, il aurait été , à mon avis, préférable d'inviter un pays à la tradition britannique,tel l'Ouganda, qui avait réussi un bon premier tour lors de la CAN en Egypte, prenant d'ailleurs le meilleur (2-0) sur, précisément, la RD du Congo.Le match contre la Colombie,répondait aus voeux de Belmadi qui souhaitait rencontrer un pays sud-américain. Et il semble, selon certaines informations, que ce voeu était tout à fait partagé par son homologue portugais, Carlos Queiroz, actuel sélectionneur de la Colombie, qui désirait se mesurer aux nouveaux champions d'Afrique.

                                                                           ALGERIE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Dans la liste des joueurs convoqués pour ces deux matches, il y eut peu de nouveautés. Exceptions faites du rappel des deux défenseurs Abdellaoui et Hassani et de l'absence pour blessure de Delort et Ounas. Destinés,comme on le sait, à préparer les rendez-vous officiels du mois de Novembre prochain, ces deux tests amicaux de haut niveau, offrent selon Belmadi, " à un maximum de joueurs de s'exprimer et de démontrer leurs qualités, pour prétendre à une place de titulaire....l'objectif final est de rendre une belle copie."

La première confrontation avec l'actuelle République démocratique du Congo, remonte à très loin dans le temps, Juillet 1965. Et ce ne sera pourtant que le sixième match entre les deux pays, avec deux victoires pour l'Algérie et trois matches nuls, à l'occasion de deux matches amicaux et trois officiels. A la dernière CAN , en Egypte, la RDC avait atteint le stade des quarts de finale. Depuis, elle a changé d'entraîneur et essaye de repartir du bon pied.

En comparaison avec ce que l'on avait appelé "l'équipe de gala" en Juillet dernier, ce fut quasiment une sélection d'Algérie B, qui a été alignée d'entrée, face aux congolais et au sein de laquelle, seuls trois titulaires habituels étaient présents. Le début de la partie sera pourtant largement à l'avantage des algériens, qui pourront ouvrir le score dès la 7° minute. Brahimi, à l'issue d'une action personnelle, sert Bennacer qui tire soudainement. Le gardien congolais ne peut que renvoyer le ballon dans les pieds de Slimani, qui surgit et marque dans des buts grands ouverts, son 29° but en 65 rencontres internationales. Profitant de cette avance au score, les Verts vont encore dominer pendant 10 minutes, mais sans rien concrétiser. Ce qui va permettre à l'adversaire de se reprendre et même d'égaliser à la 25° minute, sur un beau coup de tête, face à des défenseurs axiaux, Tahrat et Bensebaïni, hors de position. Il ne se passera désormais plus rien, car, sur les flancs droit et gauche, Ferhat et Benrahma n'alimentent pas Slimani, ni ne créent un quelconque danger. Brahimi, à lui seul ne peut combler le vide.

A la mi-temps, Oukidja remplace Doukha, dans les buts. Le rythme et la tonalité générale demeurent les mêmes. Plusieurs substitutions sont effectuées dans les deux formations. Du côté algérien, Boudaoui prend la place de Benrahma, Mahrez, celle de Ferhat. Quelques minutes plus tard c'est au tour de Atal et Belaïli, de remplacer Hassani et Brahimi. Et pourtant, c'est Bakambu qui a failli "s'offrir un doublé". Belaïli, obtiendra, coup sur coup, deux coups francs, bien placés, mais par deux fois, le ballon est renvoyé par le mur congolais. Cinq minutes avant la fin, le jeune Chetti remplace Abdellaoui, en tant que latéral gauche. Mais la cause semblait entendue; des deux côtés, on se contentait de ce partage des points, avantageux, pour une solide équipe de la RD du Congo, nettement meilleure que celle ayant pris part à la CAN, mais frustrant pour nos champions d'Afrique, qui savent, encore plus que jamais, que personne ne leur fera de cadeau et qu'il ne leur suffira pas d'entrer sur le terrain, pour s'imposer. En tout cas, quatrième match nul, toujours pas de victoire congolaise et la série d'invincibilité de notre sélection se poursuit.

Djamal Belmadi a déclaré, à la fin du match " Nous avons manqué de rythme face à une équipe qui joue vite.... Je n'aime pas citer de noms, mais j'attendais plus de certains joueurs... J'ai hâte de voir la réaction de mes joueurs face à la Colombie".

 

                                                                                            ALGERIE - COLOMBIE

Avant la rencontre, inédite pour cette génération, Belmadi avait déclaré : "Jouer une équipe sud-américaine redoutable, comme la Colombie est le genre d'opposition pour pouvoir se situer, voir le chemin qu'il nous reste à faire...quel niveau nous avons atteint... Pour la motivation, les joueurs savent déjà ce que signifie l'équipe nationale."

Dans le dernier classement FIFA, la Colombie est, rappelons-le, classée à la 9° place, loin devant l'Algérie 38°. Il s'agira aussi du 9° match contre un 6° adversaire sud - américain avec un bilan très mitigé : 2 victoires face au Chili et à l'Uruguay; 1 nul contre le Pérou et 5 défaites contre le Brésil (4) et l'Argentine (1).

 On peut affirmer que la réponse des joueurs à l'interrogation de Belmadi, a été éloquente, dans un stade Pierre Mauroy à Lille, entièrement acquis à la cause des champions d'Afrique, grâce à la présence d'environ 40 000 supporteurs algériens, venus de toutes parts et qui, en 48 heures, avaient arraché les billets disponibles. Belmadi avait evidemment décidé d'aligner son équipe-type ; elle aura répondu à ses attentes. Devant M'bolhi, on a retrouvé les défenseurs préférés, Atal, Mandi, Benlamri, Bensebaïni, Au milieu, rien de mieux que la triplette habituelle, Guedioura, Bennacer, Feghouli, pour soutenir le trio d'attaque formé de Mahrez, Bounedjah et Belaïli.

Depuis longtemps, on savait que Falcao et James n'allaient pas être présents. Quelques jours auparavant, l'avant centre Zapata s'était blessé. Qu'à cela ne tienne. Ce sont les colombiens qui seront aussitôt à l'oeuvre, puisque dès la 5° minute, le lob de Morelos a failli surprendre M'bolhi. Et la possession restait largement en faveur des sud américains. Ce sont pourtant les algériens qui vont ouvrir le score à la 15° minute. Pressant très haut, ils récupérent un ballon dans le périmètre adverse, par l'intermédiaire de Mahrez, qui sert aussitôt Bounedjah. A 25 mètres des buts adverses,  tout le monde imagine, y compris sans doute les défenseurs colombiens, que Bounedjah allait solliciter Belaïli, sur la gauche. Mais l'instinct du buteur est plus fort. En lieu et place, Bounedjah va ajuster un tir enveloppé, somptueux qui se loge dans la lucarne de David Ospina. Simplement, le 800° but de l'équipe nartionale.

Cinq minutes plus tard, Bennacer déborde facilement sur le flanc gauche. Son centre vers la surface est raté par Belaïli, mais derrière lui, Mahrez est là pour envoyer le ballon dans les filets, un ballon légérement dévié au passage par le défenseur Sanchez . 20 minutes et 2-0, c'est plus que n'espéraient des spectateurs qui n'en croyaient pas leurs yeux. Des pétards éclatent. L'arbitre fait annoncer qu'il risque d'arrêter le match, en cas de récidive. Les nôtres continuent d'être percutants. Dans la surface, Bounedjah se joue de Sanchez, mais son tir est renvoyé par la barre. Belaïli s'élance de la gauche, sa tentative trop appuyée passe au dessus des buts.

La Colombie n'a ni accéléré, ni changé de rythme. C'est la possession tranquille, générale mais qui s'avère tout à fait inefficace. M'bolhi est mis à l'épreuve coup sur coup, par deux tentatives. Il arrête facilement le coup de tête d'Uribe. Une minute plus tard, il se couche sur le shoot puissant de Cuadrado, à la 36° minute.

Les consignes à la mi-temps, ne semblent avoir rien changé.Trois joueurs ont fait leur entrée, chez l'adversaire. Mais le schéma n'est pas modifié. Possession colombienne dominatrice. Les nôtres, regardent et interviennent efficacement quand cela est nécessaire, car la défense algérienne renvoie tout, avec force et décision. Le jeu direct et vertical, avec percussion, n'est pas la spécialité des sud-américains. Menés 0-2, les colombiens sont incapables de réagir, d'emballer la partie,Cette situation s'est prolongée pendant 20 bonnes minutes. Mahrez va bientôt donner la leçon. Parti de sa position à droite, il pique vers le milieu de la surface adverse. "Il passe ses adversaires en revue," est poursuivi par d'autres. De son pied gauche magique, il déclenche sa spéciale qui va aller finir sa course tout prêt du poteau droit d'un David Ospina, encore une fois trop court. 3-0 !!

L'addition se corse. Les jeux sont faits et il n'y a désormais aucun doute que la Colombie ne reviendra pas au score. Pour preuve, vingt minutes avant le coup de sifflet final, Belmadi débute ses deux premiers remplacements, Slimani et Brahimi prenant la place de Bounedjah et Belaïli. Ils seront suivis par la sortie de Mahrez et Bensebaïni, légérement touchés. Alors que l'on joue les temps morts, deux énergumènes entrent sur la pelouse. Le public les siffle abondamment et Slimani rabroue même l'un d'entre eux. Ils sont immédiatement neutralisés par les stadiers.

 Après onze années d'absence,un tel comportement était craint pour le retour en France de notre sélection. Mais finalement, dans leur ecrasante majorité, les supporteurs ont été chaleureux, enthousiastes, mais également, dignes et disciplinés. Pendant que d'autres grandes villes françaises avaient refusé d'accueillir ce match, Lille et ses autorités locales, ne regrettent pas d'avoir accepté, ce qui, en définitive, a signifié une belle fête du football.

 Pour l'Histoire, nous signalons ici, que cette victoire était la 250°, toutes compétitions, tous matches et continents confondus. Avec le  800° but, cela fait donc un match à marquer d'une pierre blanche !!

Une victoire convaincante, éclatante, saluée par tous. Un festival de jeu direct. Un comportement tactique sans beaucoup de failles. Une défense intraitable, face à laquelle les colombiens ont été impuissants. Leur "dentelle festonnée" n'a servi à rien.

Djamal Belmadi s'est déclaré "heureux d'avoir eu à jouer un tel match.... c'était une belle opportunité pour progresser.... ce fut une belle performance... un genre de rencontre qu'il faut renouveler dès qu'on en aura la possibilité.... Mais il ne faut pas s'emballer, il y a des insuffisances... il y a encore du travail...

Dans une entrevue avec FIFA.com le coach algérien avait fait part de ses préoccupations majeures : " L'objectif est de se qualifier pour la Coupe du Monde 2022 et là, notre pain quotidien ce sont les matches interafricains.... Il va falloir se battre pour atteindre la phase finale.... Je m'attends à vivre des choses compliquées et extraordinaires, tout au long du voyage..."

 Carlos Queiroz, le coach portugais de la Colombie a eu l'honnêté de reconnaître la supériorité de l'adversaire du soir : " Nous avons joué face à une très bonne équipe; ils sont les champions d'Afrique.... La soirée a été celle de l'Algérie et il n'y a rien à ajouter. Je ne ne souviens pas d'avoir subi une pareille défaite. C'est une défaite dure, mais un peu exagérée... On apprend beaucoup plus quand on perd... les leçons sont très dures." Le langage employé, peu usité dans un tel milieu, ne laisse pas place au doute. L'homme, le professionnel, était à coup sûr très affecté. Il ne s'attendait certainement pas à un tel résultat. En 2018, à la tête de l'Iran, il avait battu 2-1 une sélection algérienne, dirigée par Rabah Madjer. Même s'il a annoncé avoir vu tous les matches de l'Algérie à la dernière CAN et constaté ses progrés, il restait sans doute persuadé de la supériorité de ses poulains. La révélation aura été brutale.

 La dynamique de la victoire est importante. A notre groupe de joueurs de rester sereins et conséquents. Toutes les équipes chercheront à "avoir son scalp". Il faudra sans cesse être vigilants et ne pas mésestimer l'adversaire. Prochains défis, dans un mois, les 14 et 18 Novembre, pour le compte de la CAN 2021, la Zambie en Algérie, le Botswana à l'extérieur.

                     Les commentaires ont été unanimement élogieux :

El Watan : " Les verts ont fait honneur à leur statut " ;   Le buteur.com: "L'Algérie sans trembler face à la Colombie"                                           El Moudjahid : " Des Verts éblouissants "  rfi.fr : Les Verts ont littéralement enflammé le stade P. Mauroy, déjà gonflé à bloc "  

L'Equipe.fr : "L'Algérie surclasse la Colombie... sous l'impulsion d'un duo Bounedjah- Mahrez des grands jours " ;                 Francefootball.fr : " L'Algérie se régale contre la Colombie. Elle a fait parler son efficacité, digne des meilleures nations mondiales."

 

Sa belle victoire sur la Colombie, classée 9° nation mondiale, notre sélection n'en a pas beaucoup profité dans le classement FIFA de fin Octobre 2019. Quatre petits points de plus seulement. Le nul concédé face à la RD du Congo n' est pas non plus totalement étranger à cette "stagnation". Pas de changement donc dans les places : 4° nation africaine et 38° mondiale. Les deux matches officiels à venir, en Novembre, si leur résultat est favorable, donneront l'occasion de gagner plus de points.

Et en vue, précisément de ces deux rendez-vous face à la Zambie et le Botswana, dans le cadre des qualifications pour la CAN / Cameroun 2021, Djamal Belmadi a rendu publique sa liste de 23 joueurs, dans laquelle, il y a, comme souvent, des nouveaux, des retours et des absents. Les absents pour blessure sont Benrahma, Chetti, Ferhat et Ounas. Hassani et Boudaoui ne sont pas présents par décision du coach. Brahimi, lui, n'est pas là, en raison d'un empêchement familial, dixit Belmadi. Les joueurs qui sont de retour sont Soudani (longtemps blessé), le défenseur Halaïmia, parti durant l'été pour le club belge de Beerschot et Haris Belkebla, écarté à la veille de la CAN en Juillet et qui aura ainsi purgé une "suspension silencieuse", non écrite, de 11 matches !! On compte deux nouveaux, le défenseur central Maxime SPANOU-RAHOU ( FC Valenciennes L2) et Adam ZORGANE (Paradou AC), milieu de terrain, âgé de 19 ans.

Le stage de préparation débute le 11 Novembre à Sidi Moussa, 3 jours seulement avant le choc à Blida, face à la Zambie. Une Zambie qui, souvenons-nous, reste sur 2 victoires,contre notre sélection, en 2017, en l'espace de 3 jours, en aller et retour (3-1 et 1-0), pour le compte des éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018. Quatre jours plus tard et ce sera le duel, à l'extérieur, face au Botswana, jamais rencontré auparavant. Un long voyage en perspective ! Au mois d'Août c'est le Zimbabwe qui viendra nous rendre visite.

Ce groupe H ne constituera pas un mur infranchissable pour la qualification de notre sélection. Un inconvénient inévitable: la longueur des déplacements. 10 heures de vol pour atteindre la Zambie, le Botswana et le Zimbabwe. En additionnant les vols aller et retour, l'aventure totalisera 60 heures. Alors qu'entre eux trois, pays limitrophes, parfois moins de deux heures suffisent. En même temps, dans ces régions de hautes terres australes, le climat est moins rude qu'ailleurs.

                                                                                               ALGERIE - ZAMBIE

Aucune surprise dans le onze présenté face à la Zambie. C'était l'équipe-type qui a remporté la CAN en Juillet dernier. Face à un adversaire zambien qui a,lui, renouvelé ses troupes par rapport à 2017. Nous dirons que le round d'observation va durer quasiment toute la première mi-temps. Ni l'Algérie, jouant à domicile, ni la Zambie, venue en conquérante, ne nous ont montré quoi que ce soit de consistant,digne d'être relaté. C'est bien simple, du côté algérien il a fallu attendre la 43° minute pour voir Mahrez tenter sa spéciale, à savoir, quitter sa démarcation sur le flanc droit et se diriger vers le milieu pour tirer vers le second poteau. La manoeuvre n'a pas réussi, car le gardien zambien a détourné en corner. Toutefois, rien de perdu, puisque, sur le corner, bien exécuté par Belaïli, Bensebaïni va ouvrir le score, d'une belle tête, à la 44° minute. 1-0 ! Et mi-temps sifflée aussitôt.

OUF ! Nos champions d'Afrique n'avaient pas été très convaincants, malgré une domination importante qui a parfois dépassé les 70% de possession. Le tout sans profondeur, ni percussion. Le milieu habituel ronronnait, sans rien proposer à ses attaquants. Les zambiens s'avérant au fur et à mesure quasiment inoffensifs, chacun dormait sur ses lauriers !

Nous pensions qu'au retour des vestiaires, les choses allaient changer. il n'en fut rien. Ce sont les zambiens qui, pendant vingt bonnes minutes vont accaparer le ballon, avec au moins 4 incursions dangereuses; une, quasiment à bout portant, bien bloquée par M'bolhi, les 3 autres hors du cadre. Plusieurs balles ont été perdues par Bennacer et Feghouli,Guedioura a beaucoup couru dans le vide. La solution collective apparaissait comme très lointaine. La solution individuelle surgira à la 67° minute des pieds de Youcef Belaïli. Héritant d'une passe de Bensebaïni, il va entreprendre sa course vers l'avant, en réussissant crochet et passement de jambes. Il est abattu en pleine surface. Le pénalty, accordé par l'arbire éthiopien, sera facilement transformé par Bounedjah. Cinq minutes plus tard,Belaïli, qui ne veut pas en rester là, va se charger lui-même de la suite. Après deux crochets extérieurs, il va enrouler une frappe lumineuse qui ira se loger dans la lucarne la plus éloignée. Une réalisation de classe ! (75' - 3-0) !

Personne n'en croit ses yeux. Un violent orage s'abat sur le stade. La pluie va définitivement "réveiller" nos internationaux et carrément "noyer" les infortunés zambiens. Comme par miracle, les redoublements de passes réapparaisent, la fluidité du jeu s'impose. Belmadi en profite pour effectuer ses substitutions . Belkebla prend la place de Feghouli, Slimani remplace Guedioura. C'est ensuite l'homme du match, Belaïli qui cédera son poste à Soudani. Un Soudani absent depuis 17 mois et qui va immédiatement faire ce qu'il sait bien faire, à savoir marquer. Il réussira le quatrième but à la suite d'une très belle action collective, terminée par une passe décisive de Slimani. (85' - 4-0) ! L'opposition a complètement disparu. Les hommes de Belmadi continuent à beaucoup bouger, à bien jouer. Mahrez, qui n'était pas visiblement dans son jour, sollicite néanmoins Bounedjah en profondeur, au moyen d'une passe millimètrée. Ce dernier, va tenter et réussir un lob délicieux à l'encontre du gardien Nsabata, imprudemment sorti de sa cage. (89' - 5-0) ! Le match qui avait failli sombrer dans la torpeur et l'ennui se terminait par un feu d'artifice. Le public, patient et chaleureux, installé dans des gradins non couverts, brave la pluie et reste une bonne dizaine de minutes à saluer des joueurs heureux et soulagés de lui avoir offert ce festin !

Pour en terminer, notons qu'il s'agissait là de la 100° victoire dans les matches officiels disputés à domicile. Et aussi que la série d'invincibilité a désormais atteint 17 matches ! Sans oublier non plus de relever que c'était là le 37° match sans défaite, sur le stade "fétiche" de Blida.

Nous avons détaillé les circonstances du match,sans dissimuler ce qui n'a pas bien fonctionné. Mais au final, il reste que la sélection de Zambie, n'a jamais été un réel danger pour l'Algérie qui a copieusement dominé la rencontre. On ne peut être toujours flamboyant et étincelant. Ce que les observateurs ont retenu apparaît dans les titres, tout à fait parlants, consacrés à la rencontre. L'essentiel. Une large victoire. Il ne faut donc pas faire la fine bouche.

L'equipe.fr : "l'Algérie s'amuse"... Francefootball.fr: "L'Algérie commence fort ...Beinsport : " L'Algérie en démonstration"...                      rfi.fr : " Les champions d'Afrique, corrigent la Zambie"... cafonline.com : " Une Algérie 5 étoiles face à la Zambie"...

 

                                                                                                BOTSWANA - ALGERIE

Pour son second match à Gaborone, après un très long voyage, la sélection algérienne s'en est bien sortie. Sur le terrain, elle a réalisé le suffisant et le nécessaire, à savoir, s'assurer des 3 points de la victoire. La pelouse très pénible, un adversaire plus qu'agressif, il n'en fallait pas plus pour compliquer la tâche des visiteurs. Mais à défaut de technique, de fluidité et de mouvements offensifs importants, nos joueurs ont su montrer d'autres facettes de leur jeu : une très grande sérénité, pour ne jamais répondre aux provocations de l'adversaire; une solidité et un engagement continu qui se sont avérés plus qu'utiles face au traquenard qui leur avait été dressé.

Au coup d'envoi, Mahrez, autorisé à s'absenter, pour des raisons personnelles a été remplacé par Delort et Slimani a débuté à la place de Bounedjah. Rien n'a été changé pour les 9 autres joueurs. L'ensemble s'est essayé sur ce terrain difficile, c'était de l'à peu près. Assez toutefois, pour porter le danger chez les Botswanais et obtenir un corner sur la gauche. Prenant avantage du vent et de ses dons sur balle arrêtée, Belaïli se charge de le botter à la perfection, juste au niveau de la barre transversale, obligeant le gardien Dambe à concéder un nouveau corner du même côté. " Bis repetita placent" pour Belaïli qui, cette fois-ci, réussira son lob pour envoyer le ballon directement dans les filets. On jouait la 15° minute et ce but magistral, d'une nature peu commune, est venu égayer une atmosphère plutôt grisonnante !

Limités sur les plans technique et tactique, les locaux sont incapables de créer le moindre danger. Les nôtres se font un devoir de vouloir construire, confectionner quelques mouvements, le plus souvent coupés par une brutalité adverse ou par un faux rebond du ballon à cause de la pelouse défectueuse. Il n'y a vraiment rien à ajouter et à raconter, sinon l'arbitrage trop "permissif" du débutant referee ougandais Ali Sabila. Notre sélection a de nouveau montré, dans des conditions très particulières, qu'elle était désormais capable de s'imposer loin de ses bases, dans des circonstances pourtant très défavorables. Jusques et y compris le très gros orage qui s'est abattu sur le stade, lors du dernier quart d'heure.

L'année 2019 s'achevait favorablement, avec un bilan général de 16 matches sans défaite: 13 victoires, 3 nuls et au milieu, le sacre continental du mois de Juillet, 30 buts marqués et 7 encaissés. Ce qui constitue un taux de réussite exceptionnel (90,62%), le meilleur de l'histoire de notre sélection, à ce jour.

Sans oublier bien entendu, la série d'invinciblité qui se poursuit avec zéro défaite en 18 matches sur une durée de plus d'une année, Octobre 2018 à Novembre 2019. Le record d'Algérie est battu, mais ce n'est que la moitié du chemin, pour atteindre le record mondial de 36 rencontres, sans défaite, établi par le Brésil, entre Décembre 1993 et Janvier 1996, avec 2 sélectionneurs différents, Carlos Alberto Pareira (13) et Mario Zagallo (23). Le Brésil est suivi par l'Espagne, laquelle totalise, 35 matches sans défaite entre Février 2007 et Juin 2009, elle aussi avec 2 sélectionneurs, Luis Aragones (22) et V. Del Bosque (13) ! C'est l'Argentine , dirigée par Alfio Basile et invaincue en 31 matches consécutifs, entre Février 1991 et Août 1993, qui complète le podium.  En espérant que mes informations sont fidèles !
 
Je doute fort d'ailleurs, que l'ambition première de Belmadi est de battre des records du monde ! Bref, ce qui devait être fait en cette année 2019, a été bien fait. Les joueurs et leur entraîneur sont à féliciter et à remercier pour leurs accomplissements.
 
 Les éliminatoires pour la CAN 2021 vont faire relâche jusqu'au mois d'Août 2020. Rendez-vous, néanmoins, dans quatre mois, fin Mars, quand tout le monde reprendra le collier avec les qualifications pour la Coupe du Monde 2022, contre des adversaires à connaître, après le tirage au sort du mois de Janvier 2020. Une année 2020 qui sera chargée pour nos internationaux : deux matches éliminatoires de Coupe du Monde en Mars et Juin qui précéderont les quatre dernières rencontres pour le compte de la CAN 2021. Et sans doute y aura-t-il des matches amicaux. Un programme copieux qui devrait permettre à notre équipe nationale de se maintenir au plus haut niveau africain.

Les deux victoires, face à la Zambie et au Botswana, ont valu 13 points de plus pour notre sélection dans le classement FIFA publié fin Novembre, laquelle totalise désormais 1482 points. Ceci, combiné avec les contre performances de la Roumanie, la Russie et l'Irlande du Nord, permet à l'Algérie de gagner 3 places, pour occuper le 35° rang mondial. Sur le plan africain, elle conserve la 4° place et creuse un peu l'écart sur ses poursuivants immédiats, Maroc, Ghana et Egypte. Le mois de Décembre n'apportant généralement guère de modifications, pour les sélections africaines, il en résultera une situation favorable lors du tirage au sort de Janvier 2020.

Comme prévu, il n'y a pas eu de changement dans le dernier classement FIFA de l'année 2019. Une année faste, que notre sélection avait commencé, occupant la 69° place,sur le plan mondial et la 13° sur le plan africain. Elle l'achève avec le trophée africain majeur et en progressant aux 35° et 4° places respectivement. Une des meilleures progressions de son histoire en points (+ 135) et de gains en places (34 et 9).

 

Retour
 
 

 

 
Copyright © 2012 carfootal.dz! Tous droits réservés.