CSS Menu Css3Menu.com

 
  L E   P A R C O U R S  
 

                                                                                          
 

                                                                                     SIX OBSTACLES A FRANCHIR


Le classement FIFA, "en sommeil" depuis le mois de Mai dernier, a refait surface en ce 12 Août 2021. Il consacre une progression de 3 places de l'Algérie, (30 au lieu de 33) sur le plan mondial et le gain d'un rang ( 3° au lieu de 4°) au niveau africain. Le tout, avec désormais, un total de 1499 points.

Pa ailleurs, renvoyé à plusieurs reprises, le tirage au sort pour la composition des 6 groupes de la CAN 2021 (Cameroun - Janvier-Février 2022), est finalement annoncé pour le 17 Août 2021 à Yaoundé, capitale du Cameroun.

Le tirage a bien eu lieu à la date prévue. Quelques jours plus tôt, la CAF avait fait connaître la procédure du tirage et la répartition, sans surprise, des 24 nations qualifiées dans 6 chapeaux distincts, conformément à la hiérachie du dernier classement FIFA du 12 Août 2021. Seule exception, le Cameroun, pays hôte, était installé au même niveau que les 5 meilleurs dudit classement.
.
Les résultats du tirage ont placé l'Algérie dans le groupe E , en compagnie de la Sierra Leone, la Guinée Equatoriale et enfin la Côte d'Ivoire selon l'ordre chronologique des 3 matches du groupe. Sans représenter une simple promenade de santé, ce n'est pas non plus le groupe le moins jouable. A vrai dire, le tirage n'a pas produit ce que l'on appelle communément le groupe de la mort !

Avec la Sierra Leone, il s'agira de retrouvailles après la phase finale de la CAN 1996, il y a 25 ans ! La Guinée Equatoriale, ce sera une vraie "première", les 2 pays ne s'étant jamais affrontés auparavant. La Côte d'Ivoire, elle, est un adversaire,familier,connu, rencontré à 22 reprises pour un bilan quasiment équilibré, de 8 victoires algériennes contre 7 défaites et 7 matches nuls. La dernière opposition eut lieu, précisément, lors du 1/4 de finale de la dernière CAN 2019. Dans un match très serré, l'Algérie s'était imposée aux tirs au but 4-3 à la suite d'un match nul 1-1 après prolongation.

Etant donné la composition des chapeaux du tirage, il fallait s'attendre à avoir à se mesurer à une grosse pointure du chapeau 2, qui comprenait l'Egypte, le Ghana, le Mali, la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et la Guinée.

Tous les matches de ce groupe E seront joués dans la ville de Douala...Et c'est là que le bât blesse, lorsque l'on sait que la capitale économique du Cameroun, climat équatorial par excellence, a pour surnom " le pot de chambre de l'Afrique". Et ce, en raison des précipitations très abondantes, en moyenne 20 jours/mois par exemple, en Janvier, qui n'est pas la saison des pluies et il y fait aussi très chaud. Janvier et Février étant les mois les plus chauds de l'année ! Et pour corser l'affaire, le premier match de l'Algérie est programmé à 14 heures ! 14 heures, vous imaginez, par plus de 30° à l'ombre ! Une façon de plonger nos joueurs dans le vif du sujet !! Chacun ayant toujours, en mémoire, quelques entames de tournoi tout à fait catastrophiques de la part de notre sélection.
Le second match est prévu à 20 heures et le dernier face à la Côte d'Ivoire à 17 heures. En dehors de l'horaire, c'est bien là le seul maigre avantage que je note, à savoir affronter la Côte d'Ivoire, l'adversaire, théoriquement le plus coriace, en dernier lieu. En effet, sachant que les 2 premiers classés du groupe sont qualifiés pour la suite et compte tenu des résultats des 2 premières rencontres, le choc algéro-ivoirien pourrait ainsi perdre son caractère décisif.  Supputations ! Oui sans doute, mais qui peuvent s'avérer exactes ...

Les groupes E et F apparaissent comme ceux des parents pauvres ou des laissés pour compte...Ils sont en effet les seuls où le vainqueur du groupe, n'a pas le loisir d'affronter en 1/8 de finale, l'un de 4 meilleurs troisièmes, privilège réservé à ceux des groupes A à D. En effet et si l'on anticipe les événements, on découvre qu'à partir des 1/8 de finale, notre sélection n'aura affaire qu'à des ténors tels le Nigeria, l'Egypte, la Tunisie, le Mali, le Maroc et le Sénégal. Un programme très exigeant !

Notre onze devra savoir se préparer en conséquence pour pouvoir ne pas souffrir des conditions climatiques qui viendront s'ajouter aux difficultés strictement sportives face à des adversaires de qualité, tous ambitieux et conquérants !


La phase finale de la CAN au Cameroun, c'est dans 5 mois. L'actualité immédiate est constituée par le début des qualifications pour la Coupe du Monde 2022, qui démarreront dans moins de 2 semaines. Six matches en 3 mois. Trois à domicile et trois en terrain neutre...terrain neutre, parce que la non homologation par la CAF des stades de nos 3 adversaires a obligé ces derniers à délocaliser et à recevoir ailleurs que dans leur pays. Circonstance curieuse , tous les 3 ont choisi le Maroc voisin. Circonstance curieuse mais somme toute favorable pour notre sélection, qui lui évitera de longs déplacements et la fera bénéficier d'un climat semblable à celui de l'Algérie.
L'objectif étant de terminer en tête du groupe, afin de passer au tour suivant, le dernier, celui des barrages, dont les cinq vainqueurs représenteront l'Afrique au Mondial du Qatar.

Ainsi donc, tout débutera avec la réception de Djibouti, le 2 Septembre à Blida, avant le rendez-vous de la seconde journée à Marrakech, 5 jours plus tard, afin d'y rencontrer le Burkina Faso. Le Burkina Faso qui séjournait déjà sur place où il aura été "reçu" par le Niger.

En vue de l'entame de cette importante étape des qualifications pour la Coupe du Monde 2022, Djamal Belmadi a convoqué 3 gardiens de but et 22 joueurs de champ. Il n'y a pas de surprise, mais comme très souvent, il y a des absences pour blessure (Atal), pour manque de temps de jeu (Brahimi, Ounas, Tahrat, Ferhat, Abeid,Farés) ou encore parce que les joeurs sont sans club (Doukha,Guedioura, Abdellaoui).
Le groupe est assez homogène et tous les postes sont doublés, parfois triplés. Même si les 25 joueurs, n'ont pas tous accompli le même volume de jeu, le sélectionneur aura à sa disposition suffisamment de possibilités pour affronter Djibouti puis le Burkina Faso,cinq jours plus tard.

Lors d'un point de presse tenu la veille de la première rencontre, face à Djibouti, Belmadi ne s'est pas focalisé sur ce premier adversaire, mais a plutôt envisagé l'ensemble des matches qui attendent notre sélection en affirmant : "Nous sommes à la veille d'un mini- championnat qui va se dérouler sur 3 mois. Il peut y avoir des surprises en cette date qui arrive très tôt dans la saison...il faut donc être sur le qui-vive, vite répondre présent. On est sereins et on respecte tous nos adversaires".

Pour le match contre Djibouti, le coach algérien a tenu à rassurer : "On le jouera comme s'il s'agissait d'une finale de la Coupe du Monde..."

Interrogé à propos des absents,il a estimé..." qu'en football, rien n'est définitif, tout peut changer, personne n'est complètement indispensable et nous avons donc besoin de tout le monde. Nous avons fait participer des éléments qui ont donné satisfaction en l'absence de leurs camarades...Nous sommes une des équipes d'Afrique qui opére le plus de changement de joueurs entre les matches".

Belmadi est apparu très en colère et très remonté sur la mauvaise qualité de la pelouse du stade Tchaker de Bilda, qu'il était allé inspecter: "Au mois de Juin, on avait une bonne pelouse. Comme par magie, deux mois plus tard, c'est une calamité. C'est du sabotage. Je ne suis pas complotiste, il s'agit de faits réels. Et qu'on ne me parle pas de climat. Je vis dans un pays, le Qatar, où il fait 60° au soleil et où il n'y a aucun problème de pelouses, même dans les stades des clubs de D2".

Répondant à une question sur les primes de qualification, Belmadi a déclaré : " Les cadres de l'équipe ont discuté mardi avec le Président, concernant le volet des primes et la question s'est réglèe dans la tranqulillité. L'aspect financier ne sera jamais un problème, je serai garant de tout cela... Tant que je serai là, il n'y aura pas de problème; les joueurs sont dans le même état d'esprit que moi."


                                                                                   
    ALGERIE  -   DJIBOUTI

En alignant au coup d'envoi, un onze quasiment idéal, Djamal Belmadi a tenu parole et montré qu'il ne prenait pas ce match à la légère. En effet, si l'on fait exception de l'absence de Feghouli, et compte tenu des blessés et de ceux non convoqués, c'est une équipe de gala qui s'est présentée devant nous.
M'bolhi présent avec Zeffane, Mandi, Benlamri et Bensebaîni en défense, assistés au milieu de Bennacer et Zerrouki et complétés par un quatuor d'attaquants réels et potentiels, Mahrez, Bounedjah, Slimani et Belaïli. Soit 10 joueurs champions d'Afrique...le seul nouveau visage étant celui du jeune Ramiz Zerrouki.
A l'énoncé du onze entrant, on ne savait pas s'il s'il allait s'agir d'un 4-4-2 ou d'un 4-2-4 à l'ancienne. Le déroulement du match et la domination générale et totale de la sélection algérienne ne nous renseigneront pas davantage...Et nous avons suivi les événements tels qu'ils s'enchaînaient. Les algériens allaient immédiatement prendre la direction des opérations et ne plus la lâcher. Ils étaient partout, omniprésents, homogènes, collectifs et dès la 5° minute ont pu concrétiser leur supériorité grâce à un but de Slimani, de la tête, sur un bon service de Mahrez.

L'opposition ne se manifestait guère, sinon à préserver ce qui était possible de sauver...Les visiteurs n'arrivaient pas à franchir la ligne médiane, n'arrivant pas à conserver le ballon au delà de leur zone de défense. Et comme c'est souvent le cas, c'est le gardien Hankuye qui se montrera le plus efficace, protégeant ses buts avec courage et réussite. Mais les assauts algériens étaient nombreux et multiformes et après 22 minutes, Slimani, encore lui, voit sa reprise renvoyée par le poteau. Il insiste mais sa seconde tentative sera arrêtée de la main par un défenseur, alors que le gardien était à terre. Pénalty indiscutable et carton rouge infigé par l'arbitre camerounais.
Slimani transforme aisément le pénalty...Encore une minute et c'est un Bensebaïni, très offensif, qui inscrira le 3° but algérien, malgré un angle très réduit.
L'expulsion n'a pas arrangé les affaires de Djibouti et environ 10 minutes plus tard, Bounedjah se dirige seul vers le but adverse quand il est envoyé à terre par le gardien. Nouveau pénalty flagrant, que le même Bounedjah se charge de convertir en 4 ° but. Sur ce, l'arbitre envoie les joueurs aux vestiaires.

A la reprise Boudaoui prend la place de Bennacer et avant la fin de la première minute, Slimani , de la tête, signe son triplé, aprés un beau débordement de Belaïli sur la gauche. L'adversaire ne se manifeste guère, les locaux continuent de pousser et bientôt Slimani, va transformer son hat-trick en poker, avec un enchaînement astucieux, contrôle de la cuisse droite,suivi d'une demi volée du pied gauche.
L'attaquant avait à son actif, 7 doublés, aucun triplé et le voici qui arrive à 4 buts....L'occasion est belle pour rejoindre le record absolu algérien de Nasreddine AKLI et ses 6 buts, en un match en 1973 !!! Hélas, ce ne sera pa pour cette fois-ci !

Toutefois, il y aura d'autres buts. En effet, à la 67° minute, Mahrez, grâce à une de ses spéciales, du pied gauche, va venir s'inscrire dans la liste des buteurs du jour, en envoyant le ballon dans le petit filet du second poteau. Une minute plus tard, Zerrouki, va réussir sa première réalisation en sélection et clôturer la marque pour la porter à un total de 8 buts, lors d'une soirée mémorable.

Mémorable, puisqu'il s'agissait là du plus gros score réalisé, lors d'un match officiel interafricain. Mémorable également pour le sérieux et l'engagement de tout instant montrés par les 16 joueurs algériens impliqués dans cette soirée blidéenne.
Seize joueurs car, à l'heure de jeu, Benrahma, Delort et Touba avaient remplacé Belaïli, Bounedjah et Benlamri respectivement. Et à 20 minutes du terme du match, Adem Zorgane, a succédé à Zerrouki, suivant ainsi les pas de son père Malik, joueur de l'équipe nationale à la fin des années 1980... Une apparition tardive mais intéressante, tant Adem s'est aussitôt aisément fondu dans le moule.
L'homme du match est, sans conteste, Islam Slimani. En même temps on ne peut pas omettre de signaler les 3 passes décisives de Belaïli !

Face à un adversaire qu'ils n'avaient jamais rencontré auparavant, nos joueurs ont fait le travail ! Il est néanmoins nécessaire de rester vigilants et savoir être encore plus consistants, dans quelques jours à Marrakech en affrontant le Burkina Faso. Un rival qui, le même jour, à Marrakech, avait pris le meilleur 2-0 sur le Niger.


Réaction des sélectionneurs :

Djamal Belmadi : " On tenait à bien démarrer ces qualifications. Je pense qu'avec cette large victoire, l'objectif est atteint...Les joueurs ont fait preuve de sérieux du début à la fin. Je regrette le carton jaune reçu par Benlamri".

Julien Mette : " C'était un scénario hautement envisageable...Nous sommes déçus de n'avoir pas pu un peu contrarier les événements...L'expulsion rapide nous a handicapés...Mais perdre face à l'Algérie, ce n'est pas quelque chose de surprenant...Nous espérons prendre des points contre le Burkina et le Niger".

Réactions des médias :

Nationaux :

Agence de presse APS : " Eclatante victoire des Verts" et aussi " Les verts démarrent par un véritable récital"

El Moudjahid : Trois articles, trois titres : " Les Fennecs puissance 8" ; " Les Verts un peu plus dans l'Histoire" ;

"Ils ont sorti leurs griffes et envoient un message fort aux Etalons"
(surnom des burkinabés)

Liberté : " Les Verts affichent la couleur"

El Watan : " Victoire historique et début en fanfare des Verts"

Fennecfootball.com:" L'Equipe d'Algérie terrasse le Djibouti"

Etrangers :

rfi.fr: " L'Algérie inflige à Djibouti une terrible défaite"

La Gazzetta dello Sport (Italie):" L'Algérie de Bennacer en refile 8 à Djibouti"



                                                                                    BURKINA FASO - ALGERIE


Aujourd'hui, second défi pour notre sélection face au Burkina Faso, théoriquement, l'équipe la plus coriace, en tout cas, la mieux classée des trois adversaires de l'Algérie, dans ce groupe A. Comme je l'ai rapporté, le match aura lieu en terrain neutre, celui de Marrakech. Un choix pas anodin du tout lorsque je sais, par expérience, qu'en Septembre, il fait encore très chaud dans la grande ville du sud marocain.
Il y avait plusieurs autres choix offerts, avec de grands stades, dans des villes côtières au climat beaucoup plus clément telles, Tanger, Rabat, Casablanca, Agadir. D'ailleurs, il faut noter que le Mali, lui aussi obligé des délocaliser ses matches, a choisi Agadir et Djibouti après son match de Blida est allé à Rabat recevoir le Niger.
Pour confirmer ce que j'avance, un coup d'oeil aux prévisions méteos nous montre qu'il fera aujourd'hui un maximum de 42° à Marrakech contre 35° à Ougadougou. Bien sûr, le temps se rafraîchit le soir, à l'heure du match. Mais en définitive, en n'allant pas jouer au Burkina Faso, notre sélection a surtout économisé plusieurs heures d'avion. Une parentèse essentielle...

Belmadi avait décidé de ne passer qu'une seule nuit à Marrakech. La délégation est bien arrivée hier dimanche. Le soir, elle a pu découvrir la pelouse du grand stade de Marrakech, jugée en très bon état.

L'historique des matches entre les 2 pays affiche 20 matches, 10 officiels et 10 amicaux. avec un bilan de 9 victoires pour l'Algérie contre 6 défaites et 5 matches nuls, 32 buts contre 17. Cela a commencé en 1967, quand le Burkina Faso, portait le nom de Haute Volta.
Pour faire court, contentons-nous de rappeler que les deux ultimes rencontres remontent à Octobre 2013. C'était le barrage final pour désigner un des 5 représentants africains à la Coupe du Monde, Brésil 2014. Il y eut un score de 3-2 pour le Burkina Faso à l'aller, avec un match houleux et un pénalty scandaleux inventé par l'arbitre du jour, le zambien Sikazwe. Puis, victoire 1-0 de l'Algérie au retour, qui lui permettait de se qualifier, au bénéfice des 2 buts inscrits à l'extérieur.

Hier dimanche, au départ d'Alger, le coach algérien n'a pas dissimulé sa détermination :" Nous allons jouer ce match en vue d'obtenir la victoire" .
De son côté Kamou Malo, le sélectionneur du Burkina Faso, avait déclaré : " Pouvoir jouer contre une nation plus forte que nous est très excitant...mais le ballon est rond pour tout le monde et un match se joue sur le terrain".
Voici sans doute, la promesse d'une belle empoignade.

Le onze présenté par Belmadi, à Marrakech, différait de très peu de celui de Blida, il ya cinq jours. Et c'est Feghouli qui a retrouvé une place de titulaire, au détriment de Bounedjah, laissant Slimani, seul, à la pointe de l'attaque. Les burkinabés regrettaient l'absence forcée de quatre de leurs cadres et surtout celle de Bernard Traoré, leur meilleur joueur, blessé.

Les Algériens sont aussitôt en action et prennent le contrôle du jeu, en attaquant sur toute la largeur du terrain et en défendant par un pressing très haut.
Très vite, ils vont ouvrir le score, après une feinte de corps magistrale, qui a littéralement envoyé son vis à vis à terre, Belaîli sert Slimani en profondeur. Un peu décalé sur la gauche, il adresse une passe intelligente vers le point de pénalty, pour Feghouli, bien placé, qui ne laissera aucune chance au gardien Koffi. On jouait depuis 18 minutes. 1-0 pour l'Algérie.
Les attaques vont se succéder, les corners, les coup-francs, matérialisent la domination des Verts. Koffi, le gardien du Burkina, se distingue sur des tentatives de Slimani, Bensebaïni. Tout le monde attend le second but du break mais il ne viendra pas ! Mais l'on a vu Bensebaïni, victime d'un tacle très brutal de la part de Tapsoba,méritant un carton rouge que l'arbitre botswanais n'a pas sorti, se contentant d'exhiber le jaune !

Après 28 minutes de jeu, M'bolhi capte le premier tir adverse. On ne le pressentait pas, mais les burkinabés étaient en train de sortir la tête de l'eau, pour enfin réagir et aller dans le camp algérien. La mi-temps sera sifflée sur ces entrefaites.

Au retour, le tableau va complètement changer. Les algériens inexplicablement passifs, vont laisser le champ libre à des burkinabés qui n'en demandaient pas tant et qui sauront en profiter. Ils vont dominer à leur tour, venir menacer notre arrière-garde, livrée à elle même par un milieu algérien subitement défaillant. A l'heure de jeu, Bensebaïni blessé, est remplacé par le jeune Khacef et Belkebla prend la place de Feghouli. Les burkinabés sont bien lancés et vont finir par ouvrir le score à la 64° minute par le jeune Tapsoba.
Encore deux changements chez les Verts. Bounedjah pour Slimani et Benrahma pour Belaïli. En vain. De très chaudes alertes et des frayeurs suivent. La défense et M'bolhi, s'en sortent avec difficulté. Tous ou presque, physiquement épuisés pour pouvoir réagir.

Lors des 10 dernières minutes, les joueurs adverses, semblaient eux aussi fatigués et aussi satisfaits de ce point arraché aux champions d'Afrique, largement favoris du groupe. Résultat : les nôtres vont reprendre possession de la balle, mais sans idées géniales, ni actions décisives. Ce que l'on voit ce sont surtout des échanges multipliés mais stériles puisqu'ils manquent de percussion et se déroulemt loin de la zone de vérité.
Deux exceptions à ce constat. Un service intelligent de Mahrez vers Bounedjah, seul, sur la ligne médiane, qui malheureusement heurte le talon de ce dernier et est récupéré par les burkinabés. Secondo, une action collective qui enfin atteint la surface adverse où un défenseur accroche le pied de Mahrez qui va à terre. Un pénalty clair et visible que l'arbitre va ignorer.

Comment peut-on résumer ce match ? Notre sélection a joué et nettement dominé pendant les 30 premières minutes.Durant cette période l'adversaire était inexistant. Le score aurait pu aller jusque 3-0 ou même plus...Et subitement, les nôtres ont baissé de pied, laissant l'initiative à leurs adversaires du jour.

Au retour des vestiaires, ce sont les nôtres qui seront inexistants, victimes visiblement d'un coup de fatigue.Le milieu ne faisait plus son travail, ni vers l'avant, ni au niveau de la récupération. Les attaquants étaient livrés à eux-mêmes et les défenseurs réagissaient comme ils le pouvaient. Le capitaine Mahrez fut transparent, Slimani véritablement esseulé, Belaïli, n'a tenu que 25 minutes. L'apport des remplaçants a été proche de zéro. Jamais, depuis le début de l'ère Belmadi, on n'avait vu notre sélection aussi passive et absente, sans idées, sans leader !!

Le Burkina  Faso est une équipe de niveau moyen ; on lui a néanmoins laissé le ballon et les espaces. Elle en a profité jusqu'à une certaine mesure. Je le dis sans arrogance; s'ils n'ont pas pu marquer plus, c'est qu'ils n'en avaient ni le talent, ni les capacités techniques, alors que notre sélection apparaissait fragile et prenable.

On ne peut s'empêcher de signaler qu'il s'agit là du troisième match nul consécutif en matches officiels. La dernière victoire remonte à Novembre 2019, à Gaborone contre le Botswana ! Notre sélection conserve son invincibilité, mais cette contre performance doit être acceptée comme un coup de semonce, dont les enseignements aideront à corriger les insuffisances et serviront dans un avenir aussi bien proche que lointain.

Cette version non conforme, telle que nous l'avons vue en seconde mi-temps doit avoir une explication. Après le match de Djibouti, les doses d'entraînement ont-elles étaient trop fortes ? Si l'on en croit la relation faite par le site de la FAF, la dernière séance, sur le stade de Marrakech, la veille du match, a duré 90 minutes ! Belmadi trouvera la solution au problème, en vue du prochain et double rendez-vous d'Octobre, face au Niger.

Quelques paragraphes plus haut, j'avais écrit ; "il est néanmoins nécessaire de rester vigilants et savoir être encore plus consistants, dans quelques jours à Marrakech ". Cette mise en garde vaut pour le reste du parcours, même je suis persuadé que ni la qualification, ni la première place du groupe, ne sont remises en cause ou sont en danger. Je demeure confiant et optimiste.

Réactions de sélectionneurs :

Kamou Malo : " Mon équipe a montré une combativité exemplaire.... C'est un sacré coup qu'ils ont réalisé, malgré le match nul"

Djamal Belmadi : " On aurait dû tuer le match...On a eu les situations pour le faire. En seconde mi-temps, on a mal démarré, c'est là que le Burkina Faso a repris de l'allant et l'envie de marquer....Le football est fait de temps forts et de temps faibles. Pendant les temps forts, il faut être tueurs. Pendant les temps faibles, il faut être solides et on a manqué de solidité...On a aussi manqué de précision et de qualité technique...Aller en Coupe du Monde, il faut le mériter "

Belmadi n'était pas satisfait de l'arbitrage : " Quand il y a des pénalties, il faut avoir le courage de les siffler...Tirer par le maillot ou casser un joueur, reçoivent la même sanction, carton jaune...
On vient parfois dans les vestiaires pour vérifier nos chaussettes....On sait tout ça, on n'y peut rien, on peut juste le dire. C'est un gros chantier pour la CAF ! "


Réactions des medias :

Etrangers :

rfi.fr : "L'Algérie partage les points avec le Burkina Faso"

lequipe.fr: "L'Algérie tenue en échec, freinée par le Burkina Faso"

afrik-foot.com : " L'Algérie secouée par le Burkina Faso"

Nationaux :

dzfoot.com : "L'Algérie tenue en échec"

elmoudjahid: "Les Verts préservent leur invincibilité" " Des Verts à deux visages "

elwatan: "Les Verts sur la défensive, face aux burkinabés"

competition.dz: "Les Verts tombent sur un os" et aussi : " Coup d'arrêt pour les Verts"

lebuteur.com: "L'Algérie accrochée par le Burkina Faso"

lagazettedufennec.com :  4 articles, 4 titres

1. " Les Verts ont-ils le mal du pays en matches officiels ? "
2. " C'était quoi cette seconde mi-temps, les gars ? "
3. " Soirée difficile à Marrakech"
4. " Burkina Faso - Algérie : 1-1 Point à la ligne"

aps.dz: " Les Verts ont laissé filer la victoire"


liberté : " Les Verts en manque d'inspiration" " L'EN a fourni sa prestation la moins aboutie depuis trois ans "


Malgré son carton face à Djibouti et son match nul contre le Burkina Faso, notre sélection n'a ni avancé, ni reculé dans le classement FIFA publié mi-Septembre; 30° sur le plan mondial et 3° en Afrique tout en perdant quelques décimales de points....0,13 !!



                                                                                           
ALGERIE - NIGER

 Cela fait bientôt 10 ans que les deux voisins ne s'étaient plus rencontrés. D'ailleurs le bilan entre les 2 pays est très maigre. Il se résume à 5 matches, dont un seul amical en 2012 à Blida. Curiosité en l'occurrence, les 4 autres, officiels, s'étaient déjà déroulés dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde en 1981 et 2003. Au total, on compte 4 victoires algériennes, contre une seule du Niger, avec 14 buts contre 1.

  
En football, un score de 6-1 laisse à penser que l'équipe victorieuse a effectué une promenade de santé... Rien de plus inexact
lorsque l'on se référe à ce dernier match de notre sélection. Une première période, moins que médiocre et une seconde à peine acceptable. Rencontre à domicile, sur le terrain fétiche de Blida, température agréable, formation quasiment au complet (Benlamri, Bensebaïni et Belaïli absents au coup d'envoi), le tout, face à un adversaire, loin d'être redoutable. Toutes les conditions étaient là!

Pourtant, à l'exception d'un éclair de génie de Mahrez, avec son coup-franc direct de la 27° minute, magistralement exécuté, près de la lucarne, il n'y a rien eu à se mettre sous la dent, durant les 45 premières minutes. On voyait nos sélectionnés recroquevillés sur eux-mêmes, incertains, sans imagination, hésitants, ratant des passes relativement faciles. Point de soutien, ni de disponibilité envers le partenaire, porteur du ballon.
Ils étaient débordés, incapables de s'exprimer, mis en difficulté, ne sachant comment contenir l'adversaire ou s'en défaire. Un tableau véritablement frustrant qui nous a rappelé la seconde mi-temps de Marrakech, le mois dernier face au Burkina Faso.

Les adversaires nigériens apparaissaient menaçants et dangereux. Ils dominaient les champions d'Afrique, faisaient bien circuler la balle en en maîtrisant la possession. Face à des algériens passifs, il leur a manqué la finition, le but de la délivrance.

Chacun attendait le repos, espérant que Belmadi allait remédier à une situation alarmante, "d'un jour sans". Et surtout faisant le voeu que notre sélection allait revenir sous un nouveau visage.
Nouveau visage, il y eut, sur le tard...Entretemps, des faits de jeu inattendus vont intervenir pour donner au match une tout autre tournure. 
En effet, deux minutes après la reprise, une action algérienne très rapide, bien conduite, s'achève dans la surface où Feghouli, croit-on, ajoute le second but . Il s'est agi en fait d'un but de yousouf Oumarou contre son camp. 47', 2-0 pour l'Algérie.
Le soulagement ne va durer que 3 minutes avant que Daniel Sosah, bien démarqué, échappe à nos défenseurs axiaux et s'en va marquer, entre les jambes de M'bolhi, le but de l'espoir. 50', 2-1 pour l'Algérie. Grande joie des nigériens, une petite douche froide pour lesnôtres !!

Sans être très brillants, nos joueurs commencent cependant à semer le trouble dans les rangs nigériens qui vont concéder un pénalty, commis contre Feghouli, abattu en pleine surface, alors qu'il pouvait conclure victorieusement. Sanction majeure que Mahrez va transformer de façon limpide. 59', 3-1.
La pression nigérienne diminue, celle des algériens va croissant. Deux changements interviennent dans les rangs algériens. Belaïli à la place de Feghouli et Slimani se substituant à Bounedjah. On retrouve un peu de fluidité dans le jeu de notre sélection. une nouvelle action bien menée, par le front de l'attaque, va s'achever par un nouveau but de Zakari Soleymane contre son camp. 69', 4-1

Un peu plus de 5 minutes plus tard, Atal, qui jusque-là n'avait quasiment pas dépassé la ligne médiane, va retrouver ses velleités offensives, en menant un raid solitaire sur la droite, le prolonge le long de la ligne de fond avant de servir Slimani, sur un plateau, pour la cinquième réalisation algérienne. 76', 5-1.
L'entrée de Boudaoui, Zorgane et du nouveau Mohammed Elamine AMOURA en remplacement de Bennacer, Zerrouki et Mahrez, respectivement, va apporter plus de fraîcheur et de vivacité aux actions algériennes. Il en résultera un 6° but, le plus abouti de la partie. Parti des pieds de Benrahma, titulaire à part entière, le ballon va passer par 3 autres partenaires dont Zorgane qui sert un vrai "caviar" que Slimani va envoyer dans des filets vides de gardien. Un enchaînement de très haut niveau, à une touche de balle, réjouissant et réconfortant ! 88', 6-1 pour l'Algérie.
Un petit mot pour présenter Amoura ( 21 ans) et rappeler que cet ancien joueur de l'Entente de Sétif, avec laquelle il a pu terminer second meilleur buteur du championnat (2020-2021), avait fait sensation en Juin 2021, lorsqu'à l'occasion de sa sélecion dans l'équipe nationale dite A', celle des locaux, il avait à Oran inscrit 4 buts lors de la victoire 5-1, face au Liberia. Des performances qui lui ont valu de s'expatrier pour aller signer dans le club suisse de Lugano. Où il ne passe pas inaperçu, ce qui a amené Belmadi à lui faire déjà confiance.Fermons cette parenthèse.

Le score est donc flatteur, compte tenu du fait qu'il y a eu deux buts sur balle arrêtée,deux buts des nigériens contre leur camp. Mais on peut aussi , sans exagération mettre l'accent sur les 2 doublés de Mahrez ( son 5°) et Slimani (son 8°). Pour Slimani, deux grosses cerises sur le gâteau, puisqu'en signant son 37° but, il devient le meilleur buteur de l'histoire des Verts, à l'occasion de sa 76°cape.
Une fois que tous les matches de cette 4° journée se sont achevés, on apprendra que Slimani est bel et bien,avec 6 buts,le meilleur buteur africain de ces éliminatoires.

N'oublions pas de mentionner que notre sélection venait de parvenir à son 30° match consécutif, sans défaite et que dans l'autre match de ce groupe A, le Burkina Faso s'est défait de Djibouti par 4 à 0.

Réaction des sélectionneurs

Djamal Belmadi : " Nous n'étions pas surpris par ce que cette équipe du Niger a proposé. Nous sommes avertis pour le match retour dans 4 jours.... Les coups de pied arrêtés sont des faits de jeu sur lesquels il faut être bons. on ne va pas s'en priver."

Jean-Michel Cavalli ( Ancien sélectionneur de l'Algérie entre 2006 et 2007) " : Quand on encaisse un pénalty et qu'on marque deux buts contre son camp, on ne mérite pas de gagner...Quand on est revenus à 2-1, les joueurs ont cru que tout était possible et sont sortis de mon plan.Nous avons mal agi et cela ne ressemble pas à mon équipe."

                Mahrez et Slimani se sont plaints de la mauvaise qualité de la pelouse du stade Mustapha Tchaker ....

Réaction des médias

Nationaux

lebuteur.com : "Doublés de Mahrez et Slimani. L'Algérie atomise le Niger"
elmoujahid: " Des Verts de niveau mondial"
aps.dz: " Des Verts à deux visages renouent avec le succès"
compétition.dz: "Un début mitigé, une fin en roue libre"
elwatan : "Des Verts bloqués puis libérés"
dzfoot.com : " Victoire large des Verts à deux visages"

Etrangers

lequipe.fr: " L'Algérie s'offre un festival contre le Niger"
rfi.fr: " Et de 30 ! La série d'invincibilité de l'Algérie s'allonge à 30. "




                                                                                  
           NIGER - ALGERIE

Le Niger, dont aucun stade n'avait été homologué par la FIFA, était obligé de jouer ses matches au Maroc. Depuis le mois de Septembre, le pays a pu mettre à niveau son stade principal à Niamey et la FIFA lui a accordé une autorisation provisoire. Une évolution intéressante à la fois pour les nigériens contents de recevoir à domicile. Et tout autant pour les algériens en raison de la récente détérioration des relations entre l'Algérie et le Maroc...
Les nôtres sont arrivés à Niamey deux jours pleins avant le match et ils se sont aussitôt déclarés rassurés quant à l'état de la pelouse du Stade Seyni Kountche, "meilleure que celle de Tchaker" aurait affirmé Belmadi. Quand à la tempétature elle avoisinait les 40°, à l'ombre
Belmadi et ses joueurs savaient à quoi s'attendre face à une équipe du Niger, laquelle, déjà à Blida avait montré ses qualités et sa détermination à poser des problèmes. Le coach algérien va reconduire le onze de Blida,sauf à faire débuter Belaïli, au détriment de Benrahma et Slimani au lieu de Feghouli.

Au coup d'envoi, il faisait 38°à l'ombre. Sur le terrain de jeu il faudrait ajouter 4 à 5 degrès. Les locaux vont "démarrer à cent à l'heure". Après exactement 1minute et 19 secondes, ils étaient dans la surface de vérité algérienne. Malheureusement pour eux, l'attaquant idéalement placé, a complètement raté son tir passé très largement au-desus des buts de M'bolhi....
Etait-ce un signal ? Une alerte ? Non. La suite va montrer qu'il s'agissait d'un petit feu de paille. La physionomie de la partie était sans comparaison aucune avec celle du match aller. L'occupation des espaces, la maîtrise du jeu étaient visiblement algériennes. Les milieux de terrain remplissaient bien leur rôle de relayeurs pour alimenter les attaquants. Ces derniers évoluaient avec suffisamment d'aisance.

Belaïli se montrait beaucoup plus présent et conséquent que Benrahma. Et il retrouvait son "compère" habituel Bounedjah, dès la 17° minute, d'un joli extérieur du pied droit. Mais la reprise,de la tête, de Bounedjah passera de peu à côté. Encore 3 minutes et voici un redoublement de passes entre Bounedjah et Belaïli qui sert son alter ego en profondeur, légérement sur la gauche. Bounedjah déborde facilement son vis à vis avant d'offrir à Mahrez, bien démarqué, l'ouverture du score. 20' et 1-0 pour l'Algérie.

Quelques minutes après, panne de la transmission TV ; aucune image, une défaillance à partir de Niamey, qui va durer...Un long moment pendant lequel, les rumeurs annoncent 2-0 et même 3-0 en faveur de l'Algérie. Quelques instants avant le début de la seconde période, les images reviennent et l'on découvre que l'Algérie mène 2-0. Une séquence de but mal filmée. Une occasion dans la surface nigérienne "surpeuplée", où l'on arrive, après plusieurs ralentis, à voir que le second but avait été signé par le défenseur Aïssa Mandi, d'un bon tir rasant. 33', 2-0 pour notre sélection.

La seconde période s'ouvre avec le remplacement de Atal par Houcine Benayada et celui de Slimani par Feghouli. Celui-ci ne va pas faire traîner les choses. Après 2 minutes de jeu, il va être le dernier passeur d'une action initiée par Belaïli et que Bennacer traduira, en 3° but
avec beaucoup de sang-froid. 47', 3-0.
Notre sélection avait retrouvé des couleurs quasiment éclatantes. Les nigériens en étaient réduits à de la figuration. Pour preuve, une nouvelle offensive créée par Belaïli, passée par Mahrez qui va solliciter Bounedjah, lequel reprend à bout portant pour inscrire le 4-0 au tableau de marque.
Bounedjah, paraissant souffrir d'une douleur derrière la cuisse est aussitôt remplacé par Amoura. Ensuite Bennacer et Zerrouki vont céder leur place à Zorgane et Boudaoui.

Le match est bien plié. Le score large et la chaleur aidant, le rythme va baisser de plusieurs crans, même si Belaïli et Amoura cherchent à inscrire leur but de la journée. Ni l'un, ni l'autre n'y parviendra. Belaïli n' a pas marqué, mais il a réussi un match plein. Impliqué directement dans 3 des 4 buts, il aura été, sans conteste, le MVP de l'après-midi.
Le score ne bouge plus. Trois points acquis chez l'adversaire. Egalement 31° match consécutif sans défaite. Avec 19 buts marqués, notre sélection posséde la meilleure attaque, dans ces matches de qualification de la Zone Afrique. Aussi, 34 buts pour cette année 2021, un nouveau record de notre sélection qui n'avait jamais dépassé les 30 buts. Un total appelé d'ailleurs à augmenter, puisqu'il reste encore 2 matches à disputer au mois de Novembre contre Djibouti et le Burkina Faso.

Soit, les deux derniers obstacles sur la route des Verts dans la lutte pour la première place du groupe et le barrage qui s'ensuivrait...Mais ne brûlons point les étapes, Novembre n'est pas si loin !

Réaction des médias

Nationaux
competition.dz: "Facile victoire des Verts. Belaïli au-dessus de tous"
dzfoot.com: " Victoire très convaincante des Verts"
elwatan: "La balade des Verts face au Niger"
lebuteur.com: " Niger 0 Algérie 4 , l'EN en démonstration"
liberte: " Les Verts confortent leur leadership"
elmoudjahid: " Les Verts en démontration "

Etrangers
lequipe.fr:" l'Algérie facile, au Niger"
football365.fr :"L'Algérie déroule"
afrikfoot.com:" Solides vainqueurs du Niger 4-0,les Fennecs battent un record de l'équipe de France"
( le site se réfère au record d'invincibilité français de 30 matches entre 1994 et 1996)



                                                    













 

Retour
 

 

 
Copyright © 2012 carfootal.dz! Tous droits réservés.