CSS Menu Css3Menu.com

 
  L E   P A R C O U R S  
 

                                                                                          
 

                                                                                    PLACE A LA 19° CAN DE L'ALGERIE

  
                                                                                         COUPE ARABE FIFA  QATAR 2021


Le mois de Décembre est, depuis longtemps, généralement une période calme pour les sélections nationales. Cette année, celui-ci n'aura pourtant pas été de tout repos pour les sélections arabes des continents africain et asiatique. La raison: la décision de la FIFA de prendre sous son égide l' édition 2021 de la Coupe Arabe des Nations. Une compétition qui existe depuis 1963 et jusque là organisée par l'Union des Associations Arabes du Football (UAFA).
La version 2021 devant se dérouler au Qatar, la FIFA et le pays hôte ont voulu en faire un test quasiment grandeur nature à un an de la Coupe du Monde Qatar 2022. En vue bien entendu de tester et de mettre à l'épreuve les hommes et les infrastructures avec les16 équipes nationales invitées ou qualifiées.
En plus du Qatar, ce sont donc 6 sélections du continent africain, Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte et Soudan qui avaient à en découdre avec 9 homologues du continent asiatique, à savoir, Arabie saoudite, Bahrein, Emirats Arabes Unis, Irak, Jordanie, Liban, Oman,
Palestine et Syrie, dans une phase de groupes de 4 équipes, suivie d'une phase éliminatoire jusqu'à la finale.

La FIFA a bien installé la Coupe sous son aile, elle ne l'a pas pour autant intégrée dans le cadre de son calendrier international. Ce qui signifie que les clubs n'étaient pas obligés de libérer les joueurs sélectionnés pour une telle compétition. Ceux jouant en Europe notamment n'étaient pas autorisés à quitter leur club pour la circonstance.
Les sélections pays arabes du Moyen Orient, ayant très peu de joueurs évoluant à l'étranger, étaient présentes avec leurs meilleurs éléments,(exception faite pour l'Arabie saoudite), cependant que les sélections des pays du Nord de l'Afrique, étaient composées en majorité de joueurs locaux.
La suspension des championnats dans la majorité des pays présents, durant cette période, a toutefois permis l'inclusion de nombreux joueurs évoluant en Tunisie et dans les pays du Golfe. Ce fut le cas de l'Algérie, qui a pu compléter son effectif de joueurs locaux avec 6 joueurs militant dans le championnat tuinisien et 13 autres issus de clubs du Qatar et d'Arabie saoudite.

Désigné depuis le printemps dernier en tant que sélectionneur de l'équipe nationale des locaux, baptisée A', Madjid Bougherra, a pu ainsi inclure dans son groupe de 23 , au moins 5 titulaires habituels de la sélection A dirigée, elle, par Djamal Belmadi. Bougherra, ne disposera pas de beaucoup de temps pour préparer son team, mais en définitive, la cohésion et l'homogénéité n'ont pas fait défaut.
Et ainsi, au terme de 4 victoires et 2 matches nuls, donc aucune défaite, la sélection A' algérienne a pu s'adjuger le trophée en battant en finale, 2-0 après prolongation, les voisins tunisiens. Tout en soulignant qu'elle avait eu auparavant affaire à des clients sérieux, tels l'Egypte, le Maroc et le Qatar, pays organisateur.
L'Algérie faisait partie des favoris pour le titre en compagnie des 3 autres sélections d'Afrique du Nord, Maroc,Tunisie et Egypte. C'était un groupe nouvellement constitué qui a réalisé un parcours convaincant, fait montre d'une grande détermination et étalé un niveau technique appréciable, accompagné de prouesses individuelles. Le tout s'appuyant sur un mental à toute épreuve.

L'Algérie remportait, pour la première fois une compétition, dans laquelle ses participations en 1988 et 1998 avaient été déplorables. Une consécration qui a rempli de joie les foyers algériens en général et les fans en particulier. Une joie rendue encore plus vive après deux années de soucis et de stress depuis l'apparition de la pandémie. La désignation de Yacine Brahimi, Ballon d'or, de Youcef, Belaïli Ballon d'Argent, de Raïs M'bolhi, meilleur gardien du tournoi et un chèque de 5 millions de dollars sont venus couronner ce succès.

La présence permanente du Président de la FIFA, du début à la fin du tournoi, la remise du trophée, présidée par le chef de l'Etat du Qatar en personne, sont autant de faits qui ont permis, à une compétition qui, naguère se déroulait de façon presque anonyme, d'apparaître, quinze jours durant, sur le devant de la scène. Sur le plan strictement sportif, elle a été en mesure de de fournir une visibilté réelle, au-delà de leurs frontières nationales, à certains joueurs, qui se sont mis en évidence.


Nous ne terminerons pas sans saluer la qualité de l'organisation de cette épreuve,reconnue et signalée par l'ensemble des observateurs. Une mission dans laquelle le Qatar s'est totalement investi, méritant une très bonne mention, pour l'ensemble de son oeuvre, avant, pendant et après les matches, augurant ainsi d'une belle Coupe du Monde, dans tout juste une année.
La déclaration de Gianni Infantino, Président de la FIFA, n'a nul besoin de commentaires : "Cette Coupe Arabe de la FIFA a été un véritable succès ...Nous avons vu du grand football. Nous avons vu des structures incroyables. Nous avons vécu de grandes émotions".

Le lendemain, retour au bercail au milieu de foules enthousiastes, stoïques et chaleureuses, qui ont bravé le froid et l'heure d'arrivée tardive (21 heures), pour accompagner leurs héros, juchés sur un bus à impériale, tout au long des artères de la capitale, noires de monde et ce, depuis l'aéroport jusqu'au centre-ville.
Après une nuit de repos, il y eut aussi un accueil officiel de la part du Président de la République, entouré des plus autorités de l'Etat, au cours d'une cérémonie remarquable.
                                                 La fête, à la fois populaire et officielle, aura été joyeuse et totale.


Comme je l'ai écrit plus haut, la FIFA a octroyé son label à cette 10° édition de la Coupe Arabe des Nations, afin d'en faire une répétition générale avant la Coupe du Monde, Qatar 2022. Mais sur le plan strictement comptable, la Coupe arabe a conservé son statut de "parent pauvre". Disputée en dehors des fenêtres du calendrier officiel de la FIFA, la compétition a été considérée comme une succession de matches amicaux.
C'est en tout cas ce qui ressort du classement FIFA, le dernier de cette année 2021. En effet, l'Algérie sacrée championne, au terme de 6 matches, a glané une misère de 7,97 points. A titre indicatif et de rappel, la victoire finale de l'Algèrie, lors de la CAN 2019, lui avait rapporté 117 points ! Une CAN estimée officielle, car jouée durant les mois de Juin et de Juillet, des périodes agréées et reconnues par la FIFA.
Plus 7,97 points, à peine un peu plus que le Qatar ( + 6,90 points ) qui a terminé à la 3° place finale.

Néanmoins, ne faisons pas la fine bouche, car cette sélection A' qui n'incluait pas la totalité des meilleurs joueurs algériens,a tout de même permis à la sélection A de progresser, en lui faisant gagner 3 places sur le plan mondial ( 29° au lieu de 32° ) et 1 place au niveau africain (3° au lieu de 4°).


                                                                                         EN ROUTE POUR LA 19° CAN

Après moult remous, rumeurs et menaces de report ou d'annulation, la CAF a fini par confirmer officiellement la tenue de la prochaine CAN, au Cameroun, aux dates prévues, du 9 Janvier au 6 Février 2022. Dans cette perspective, Djamal Belmadi a rendu publique une liste de 28 joueurs, le maximum aurorisé par la CAF en cette période affectée par la crise sanitaire.
Une liste sans grandes surprises, puisque 15 des détenteurs de la CAN 2019, sont encore présents, mais aussi parce que la récente Coupe arabe a bien joué son rôle d'antichambre de la sélection absolue. 12 joueurs couronnés à Doha, il y a 5 jours, sont retenus, pour aller défendre les couleurs algériennes au Cameroun. Enfin, 16 d'entre eux sont nés et ont débuté leur carrière en Algérie.
Pour en finir avec les chiffres, ajoutons que 16 jouent leur football en Europe,7 dans le Golfe et 4 en Tunisie, cependant que Belaïli est actuellement sans club. Il en résulte qu'aucun des 28 ne joue en Algérie.

Un retour remarqué, celui de Yacine Brahimi, élu meilleur joueur de la Coupe Arabe et qui avait été absent depuis 1 année. La compétition arabe a aussi permis à 2 autres joueurs de retrouver l'EN, tels, le milieu récupérateur Sofiane Bendebka après 5 années pleines et Ilyes Chetti, latéral gauche, auteur d'une très bonne prestation, est lui aussi de retour après 2 années d'absence. En même temps qu'elle offrait au défenseur Mohammed Amine TOUGAI sa première convocation.

Quelques absences sont à à signaler. Tout d'abord, celle du milieu Hicham Boudaoui, champion d'Afrique en 2019 et qui était régulièrement convoqué lorsqu'il était apte. Il est clair qu'on lui aura préféré Bendebka . Par ailleurs, les défenseurs Ahmed Touba et Ayoub Abdellaoui, souvent convoqués dernièrement, mais en fait peu utilisés.

Le programme arrêté par le coach algérien, prévoit un regroupemet des joueurs pour un stage à Doha (Qatar), à partir du lundi 27 Décembre 2021, date réglementaire fixée par la FIFA, pour la libération par leur club, des joueurs africains.Un avion spécial est censé arriver d'Alger à Paris pour y recueillir les joueurs qui évoluent en Europe. Au Qatar, deux matches amicaux seront organisés, le 1er Janvier 2022 face à la Gambie et le 5 Janvier contre le Ghana, pays tous deux qualifiés pour la prochaine CAN. Dès le lendemain de la seconde rencontre, départ vers la ville de Douala, où, rappelons-le, notre sélection est appelée à résider et à disputer les 3 matches de son groupe E, le 11 Janvier contre la Sierra Leone, le 16 Janvier face à la Guinée Equatoriale, enfin le 20 Janvier, avec la Côte d'Ivoire.

Quelques possibilités de "tiraillements" subsistent de la part des clubs anglais qui n'observent pas la trêve de fin d'année. Ceci risque de retarder l'arrivée de Ryad Mahrez et Saïd Benrahma, qui pourraient être retenus par leur club, en vue des matches de Premier League des 28/29 Décembre et celui du 1er Janvier. Epreuve de force à venir ou permission accordée par Belmadi ? Nous le saurons dans 48 heures.

En définitive, ni l'une, ni l'autre, puisque c'est la FIFA qui a fini par céder aux pressions européennes et décidé, le dimanche 26 Décembre, d'autoriser les clubs à conserver leurs joueurs africains jusqu'au 3 Janvier !! Et ce, en foulant aux pieds ses propres réglements. Cette décision inique, qui satisfait les britanniques, risque de troubler grandement tous les plans des Verts, car certains clubs d'Europe et des pays du Golfe pourraient être tentés de conserver les internationaux algériens jusqu'au 3 Janvier. Une perturbation inattendue et inadmissible est à prévoir, dont Djamal Belmadi aurait bien aimé se passer, mais qu'il aura à gérer afin qu'elle ne cause pas trop d'ennuis à notre sélection.


Pour nous, le premier match de la CAN est fixé au 11 Janvier. Néanmoins, la situation que l'on vient de décrire, peut entraîner l'annulation ou bien le report du match amical face à la Gambie, fixé au 1er Janvier 2022. Je me suis donné la peine de vérifier qui serait libre et quand, afin de pouvoir disposer d'un ensemble en mesure de disputer ce match. Ceci bien entendu, compte tenu du calendrier des clubs qui emploient nos joueurs.
J'en suis arrivé à ceci : 14 joueurs seront libres dès le 27 Décembre. 1 gardien de but : Oukidja ; 6 défenseurs : Benayada, Mandi, Bedrane, Tougai, Bensebaïni, Chetti ; 2 milieux récupérateurs : Bennacer, Zerrouki ; 2 Milieux offensifs : Belaïli, Boulaya ; 3 attaquants : Amoura, Ounas, Slimani.
2 joueurs seront libres le 28 : 1 défenseur : Halaïmia; 1 milieu récupérateur. Zorgane. Feghouli, milieu offensif, sera libre à partir du 29,
ensuite le 30, 1 défenseur : Tahrat ; 1 milieu offensif : Brahimi, enfin le 31, 1 défenseur: Benlamri et 1 attaquant : Bounedjah, viendront compléter ce groupe de 21 joueurs.

Pour la date du 1er Janvier, le gros inconvénient est bien évidemment la présence d'un seul gardien de but. L'autre handicap est celui des délais des voyages à prendre en compte pour ceux qui devront rejoindre Doha depuis l'Europe. Arriveront-ils à temps ?
M'bolhi a un engagement avec son club le 31. Vont-ils le garder ou le libérer ? J'ignore tout des fréquences de vols entre l'Arabie saoudite et le Qatar, mais les distances ne sont pas énormes. Pourrait-il être présent le lendemain à toutes fins utiles ? Parce que Zeghba lui, ne sera libre que le 2 Janvier. Date à laquelle Atal, Bendebka, Benrahma et Mahrez seront également disponibles.
Le dernier à rejoindre le stage précompétitif, serait Belkebla qui doit disputer avec Brest, un match de Coupe de France le 2 Janvier.

Un véritable casse-tête, qui n'arrange rien, ni personne, créé, inventé, par une FIFA irresponsable, un dimanche, en pleine période de fêtes, tout juste 24 heures avant un délai, qu'elle avait elle-même fixé.

    Vivement le 9 Janvier pour que le jeu commence et qu'on en finisse avec ses "à-côtés" pitoyables et détestables !!

Le lendemain de ce bilan plutôt pessimiste,de mauvaises et de bonnes nouvelles sont venues s'ajouter, avec un invité surprise indésirable, à savoir que Benayada et Tougai testés positifs au Covid-19 n'avaient pas pris l'avion avec leurs camarades et sont donc restés confinés à Sidi Moussa. En même temps, Belaïli était lui aussi mis en quarantaine à Doha, pour le même motif.
Les bonnes nouvelles concernaient la libération anticipée dont ont pu bénéficier, Belkebla, Halaïmia, Atal et Feghouli, de la part de leur club respectif. La fédération annonçait également que Belmadi avait décidé de renforcer le groupe avec le gardien de but du Paradou AC Medjadel, et ce, afin de pouvoir disposer de 2 gardiens de but le 1er janvier , en vue de la rencontre amicale face à la Gambie.

Encore trois jours et Belmadi tient une conférence de presse de plus de 95 minutes, à Doha , qui lui a permis de faire l'inventaire d'une situation pour le moins inhabituelle.
"Il y a deux choses qui sont venues compliquer notre préparation, la Covid et la date du 3 Janvier décidée par la FIFA...
Trois joueurs ont été testés positifs; ils sont asymptomatiques et devraient pouvoir nous rejoindre dans 5 à 6 jours. mais il est possible que l'on enregistre d'autres cas, je ne veux citer aucun nom".
Il a également obscurci le tableau en ajoutant "qu'un joueur important risquait de déclarer forfait.. on attend le résultat des examens".
A propos de la FIFA, le coach algérien a déclaré : "Deux jours avant le rassemblement, on nous chamboule tout...il y a des adjectifs pour qualifier ce genre de décision...Je dis que nous sommes dans l'incompréhension, je n'irai pas plus loin.

Il y a donc une situation et il y a des faits, mais nous ne sommes pas venus pleurnicher...On est là pour positiver et trouver des solutions.
Il faut tout de même savoir que pour notre premier match amical, il va être quasiment impossible d'aligner une équipe avec suffisamment de joueurs sur le banc et nous sommes en train de nous demander s'il ne faut pas l'annuler...Néanmoins on va rester optimistes et essayer d'aller de l'avant.

En ce qui concerne la CAN, Belmadi a fourni son point de vue : "Nous sommes tenants du titre et nous allons aborder la compétition avec ambition. Nous jouerons tous les matches de groupe à fond. D'après le calendrier, finir premier du groupe ne garantit pas d'avoir un adversaire plus facile...Dans notre cas, nous pouvons être en difficulté dès les1/8° de finale, les adversaires potentiels ayant pour nom Nigéria ou Egypte, Mali ou Tunisie. Cela ressemble à une finale de CAN.
Jouer face au champion donne un supplémént d'âme, une grande motivation pour le faire tomber et c'est cela aussi la beauté du sport. Mais pour nous, la pression ne peut être que positive. Arriver en 1/2 finale, est super, mais ce n'est pas un titre. Moi je veux des titres. Notre objectif est intact car nous défendrons crânement notre titre. Celui qui veut nous battre devra souffrir".

Ceci est donc le constat du jeudi 30 décembre à 14 heures. Tout est bien qui finit bien, puisqu'en fin de soirée, la Fédération annonce officiellement sur son site, la tenue du match amical le 1er Janvier, face à la Gambie. Tous les détails sont communiqués, le lieu (Stade du Qatar FC), l'horaire (19h locales), le nom du quatuor d'arbitres qataris, la couleur des maillots et surtout que 6 remplacements sont prévus. Ce qui signifie que les deux sélections sont sûres de pouvoir présenter le nombre nécessaire de joueurs.
En récapitulant et en complétant le bilan que j'avais dressé le 26 Décembre, Belmadi pourrait disposer de 18 joueurs, soit, 2 gardiens de but, 6 défenseurs, 7 milieux et 3 attaquants.
Pour terminer, précisons que Belmadi était favorable à la présence de la télévision et du public, mais celle-ci dépend des autorités qataries, seules habilitées à donner le feu vert.
Aux dernières nouvelles, après 5 jours de confinement, Benayada et Tougai pourront regagner Doha aujourd'hui, après avoir été testés négatifs. Le résultat des examens attendu pour un joueur important, (cas évoqué par Belmadi) est finalement rassurant. Toutefois Bendebka a bien été testé positif dans son club. Il en aura pour plusieurs jours, mais il n'est pas définitivement out pour la CAN.

                                                                                        

                                                                                                 ALGERIE - GAMBIE
  
Le 1er Janvier au matin, la Fédération gambienne de football a annoncé de façon unilatérale et à quelques heures du match, l’annulation de sa rencontre amicale face à l’Algérie , sous prétexte qu’elle ne dispose pas de gardien de but.
Dans un communiqué cinglant, la Fédération algérienne a aussitôt déploré, je cite : « cette attitude qui fait preuve d’un  manque de respect et de professionnalisme, vis-à-vis des parties qui ont tout mis en œuvre pour la réussite de ce match de préparation, dans un pays frère, qui, à travers la Fédération qatarie de football n’a pas hésité à apporter toute l’aide et les facilitations nécessaires. »
Après avoir rappelé que le sélectionneur algérien avait fait fait part de semblables difficultés pour la préparation de son stage de préparation, n’hésitant pas à faire appel à un 4° gardien de but, Abderrahamane Medjadel, en vue de suppléer les absences de Raïs M’bolhi et Mustapha Zeghba, la Fédération algérienne a également qualifié, je cite : « d’acte inélégant à plus d’un titre, la réaction désinvolte du sélectionneur gambien, qui n’a pas hésité à faire des annonces avant même la prise de décision officielle. »
Le communiqué se conclut ainsi : « De ce fait, la Fédération algérienne de football fera valoir ses droits, auprès des instances concernées, pour les frais engagés, tout comme elle entreprendra les démarches qui s’imposent pour dénoncer l’attitude désobligeante de la partie gambienne ». 

En somme, un épisode négatif supplémentaire, à joindre à un dossier déjà chargé !! Quoi d'autre à appréhender ?


                                                                                     
                                                                                           ALGERIE - GHANA

5 Janvier 2022 ! A l'issue de 9 séances d'entraînement, depuis le 28 décembre 2021, voici enfin un match d'appilication, afin de sortir de la routine et clore une préparation partiellement perturbée. Les qualités de l'adversaire étant unanimement reconnues, c'est un test sérieux entre 2 pays faisant tous deux partie du top 10 africain. Ce sera la onzième rencontre entre les deux sélections. Le Ghana figure parmi les quelques pays africains qui possédent un bilan positif face à l'Algérie. Trois victoires des algériens (la dernière remonte à Février 1993), contre cinq pour le Black Star et deux matches nuls. Il s'agit ici de la 3° rencontre amicale, toutes les autres à caractère officiel, se sont très souvent déroulées en terrain neutre. La dernière en date, lors de la CAN 2015, phase de groupes, avait souri aux ghanéens (1-0). N'oublions pas enfin de mentionner que le Ghana est dirigé par le serbe Milovan Rajevac qui, pendant 3 mois s'était trouvé à la tête de la sélection algérienne. Un Milovan Rajevac qui avait été, celui qui avait conduit le Ghana jusqu'au 1/4 de finale lors de la Coupe du Monde de 2010 !

Après toutes les péripéties vécues, Djamal Belmadi a fini par réunir tout son monde la veille de ce match, le dernier arrivé, Aïssa Mandi. Feghouli a été laissé au repos au moins 4 jours. Slimani a été ménagé. Bounedjah et Benlamri ont fait un va et vient entre le stage et leur club. Les cas positifs au Covid-19, Benayada, Tougai, Belaïli et Bendebka ont pu retrouver leurs camarades.Belmadi a donc de quoi former un onze compétitif. Quelle voie choisira-t-il ?

Feghouli, pas encore au point, Mahrez invisible et Benlamri ménagé, Belmadi a présenté au coup d'envoi un ensemble très convenable. En face, on a noté l'absence des frères Ayew, André et Jordan.
Ce fut, pour les nôtres, une victoire facile, au moyen d'un score flatteur 3-0. Mais cela ne correspondait nullement au contenu...Les matches amicaux étant joués pour permettre d'effectuer des évaluations et d'éventuelles corrections, notre coach ne manquera de tirer un bon nombre de conclusions utiles.
Un but précoce et inattendu, à la suite d'un exploit personnel de Ounas sur un corner joué court, a laissé entrevoir un débat prometteur. Il n'en fut rien, les protagonistes se sont plutôt "endormis", D'ailleurs, ce sera le seul ballon "exploitable" que l'ailier droit algérien recevra pendant le reste de la première mi-temps.

L'explication étant, que tout basculait vers le flanc gauche. Bensebaïni, Zerrouki, Zorgane, Brahimi et Belaïli, ont en effet accaparé le ballon. Sans résultat probant toutefois. On enregistra quelques "déchets", telles des remises faciles ratées, trop de passes vers l'arrière, deux d'entre elles tout à fait hasardeuses. L'adversaire ne paraissait pourtant pas très menaçant. Le rythme général imposé par nos joueurs était lent et les actions collectives ne furent pas légion. Deux actions individuelles de Zerrouki et Brahimi, se sont achevées par des tirs au dessus de la barre transversale. La mi-temps est sifflée sur ce score de 1-0 en faveur de l'Algérie.

Après 62 minutes, Bennacer et Slimani prennent la place de Zorgane et Bounedjah. Zerrouki qui touche beaucoup de ballons, a certainement reçu des consignes : il choisit désormais d'aller toujours de l'avant. En même temps, les passes de Belaïli n'arrivent toujours pas à destination et Brahimi, individualiste à l'extrême, s'embrouille, jusqu'à aller buter contre les pieds des défenseurs.

Face à ce "ronronnement" des algériens, l'adversaire, lui, s'enhardit, et réussit au moins 3 incursions dangereuses, heureusement annihilées par un bon M'bolhi,bien placé et bien inspiré.
Notre flanc droit demeure plutôt "orphelin", mais cela va complètement changer, à 20 minutes du terme, avec les entrées de Boulaya et Benrahma, à la place de Brahimi et Ounas. Il reprend vie et subitement voici Atal qui tient enfin ses promesses, solliciter la balle et partir à l'attaque. La plus belle combinaison des algériens aura lieu, à la 74 ° minute, sur la droite. Sont impliqués dans l'enchaînement Atal, Benrahma et Boulaya. Une talonnade astucieuse de celui-ci, va permettre à Atal d'effectuer son raid favori le long de la ligne de but, avant de centrer. Le centre fatal que Jonathan Mensah envoie dans ses propres filets . 2-0 pour l'Algérie.

Désormais tout penche vers la droite, grâce à un Atal retrouvé et un Boulaya utilement très actif et qui 5 minutes plus tard saura être décisif en servant Slimani, idéalement placé, dans les 6 mètres adverses et qui, bien entendu, ne laissera pas passer l'occasion d'inscrire son 39° but avec la sélection. 79 minutes, le score grimpe à 3-0.
Peu de temps avant la fin du match, Benayada et Chetti remplacent Atal et Belaïli repectivement, mais rien d'essentiel ne surviendra jusqu'au coup de sifllet final de l'arbitre qatari, Mr Saoud Al Abda.

34 ° match consécutif sans défaite, des spectateurs algériens satisfaits de la prestation de leurs poulains pour cette mise au point, pleine d'enseignements. Une vraie chance quand l'on sait que d'autres sélections n'ont pas pu jouer un seul match amical.

Le départ pour le Cameroun prévu pour le jeudi, au lendemain de cette rencontre, n'aura finalement lieu que 2 jours plus tard, le samedi 8 Janvier, trois jours seulement avant l'entrée en lice des notre sélection, le 11 Janvier, face à la Sierra Leone. Soit 2 jours seulement pour s'acclimater. Espérons qu'il n'y aura pas de problèmes, sur ce plan. car, qu'on le veuille ou non, le climat à Douala, où il fait très chaud, n'a rien à voir avec celui très modéré vécu à Doha ! !



                                                                         
                                                                                   LA 19° CAN DE L'ALGERIE

Rappelons que c'est en 2014 que le Cameroun avait été choisi pour organiser la CAN. Eh bien ! Huit ans après, nous y voilà ! Malgré tous les aléas auxquels il eu à faire face, le pays est fier d'accueillir, une nouvelle fois, la phase finale, 50 ans après celle de 1972.

Partie de Doha, la sélection algérienne a finalement rejoint ses quartiers à Douala. Elle a été la dernière à arriver, privée du défenseur Mehdi Tahrat, testé positif au Covid-19 et resté confiné dans la capitale du Qatar. Il rejoindra le groupe dans les 48 heures.

Des cas positifs ont été révélés sur place,Désormais, le virus est donc le seul "ennemi" susceptible de venir gâcher la grande fête du football africain.
                                                                     Formulons le voeu qu'il n'en sera rien ! !



                                                                                        PHASE DE GROUPES
                                                                                    ALGERIE - SIERRA LEONE

La Sierra Leone est une sélection que nous n'avons rencontré que 5 fois. Le bilan est de 2 victoires pour l'Algérie, contre 1 défaite et 2 nuls. Le dernier match en date remonte au 18 Janvier 1996, soit exactement 26 ans moins 8 jours. Et il s'était déroulé (2-0) dans le cadre de la CAN en Afrique du Sud. Ce fut là la dernière fois que la Sierra Leone se qualifiait pour une phase finale de CAN.

Avant ces retrouvailles, les deux sélectionneurs se sont exprimés.

John KEISTER: Ancien joueur international, ayant effectué toute sa carrière en Angleterre: "Nous avons beaucoup de respect pour l'équipe d'Algérie qui est une des meilleures d'Afrique, voire du monde...Nous connaissons son record d'invincibilité...Mais nous n'avons pas peur de l'affronter".

Djamal BELMADI : "C'est important de bien démarrer le tournoi... Si l'équipe du Sierra Leone est présente, c'est qu'elle le mérite... A ce niveau nous avons de la considération pour tout le monde, car si on baisse la garde, on peut le payer très cher... Nous savons que le niveau sera très élevé...  Nous venons ici en tant que détenteur du titre, nous allons donc entrer dans cette bataille, dès demain, avec l'ambition de conserver notre titre, même si ça ne sera pas chose aisée".

C'est un onze sans grandes surprises qui est aligné pour l'entrée en scène de notre sélection dans cette 33° édition de la CAN :
M'bolhi - Atal - Mandi - Bedrane - Bensebaïni - Belkebla - Feghouli - Brahimi - Mahrez - Slimani - Belaïli.
La présence de Bedrane (qui passe devant Benlamri), comme celles de Belkebla ( seul milieu récupérateur) et Slimani (préféré à Bounedjah) résultent de choix techniques de Belmadi ; l'absence de Bennacer est due à sa suspension pour cumul de cartons, celles de Zerrouki et Ounas pur blessures légères.
Du côté de la Sierra Leone, une curiosité, la première sélection pour le défenseur central Steven Caulker, 30 ans, né en Angleterre. Il a joué dans 9 clubs de Grande Bretagne, ayant même compté, en 2012, un match amical, avec la sélection d'Angleterre (en inscrivant un but) contre la Suède. Autorisé par la FIFA, il a ainsi pu changer de nationalité sportive et rejoindre la sélection du pays de son grand-père !

Ainsi, un onze sans grandes surprises, très proche de l'équipe-type, n'a pas été globalement à la hauteur du défi proposé et fut loin de répondre aux attentes, du coach et des supporteurs algériens.
On peut légitimement s'interroger sur la présence au coup d'envoi, de Mahrez, en arrêt total depuis le 1er Janvier et qui n'a connu qu'une seule séance d'entraînement , le 10 à Douala. Celle de Feghouli,également titulaire, qui revenait d'une blessure qui l'a éloigné plusieurs jours durant la préparation à Doha. Un seul milieu récupérateur, Belkebla, esseulé, face aux sierra leonais.La reconduction de Brahimi, défaillant face au Ghana... C'est Djamal Belmadi qui détient les réponses.

On essaye de chercher d'autres explications. La chaleur et l'humidité étant très prévisibles dans cette partie de notre continent, elles sont réellement incontournables, d'autant plus que la température sur le terrain de jeu dépasse d'au moins 10° celle enregistrée à l'ombre, surtout à 14 heures, l'heure du match !
Ce facteur météorologique, important, je l'avais mentionné, plus haut, il y a 6 mois, lors du tirage au sort des groupes de cette CAN 2021.
Quelles sont les autres raisons qui pourraient expliquer la contre performance de notre sélection. L'adversaire recroquevillé dans son camp? Un arbitrage défaillant ? Certes, la pelouse était d'une qualité très approximative, mais pour le reste, on a vu un arbitrage très correct et un adversaire qui est allé de l'avant et a même compté plus d'occasions nettes que nous en première période. Alors que la possession était largement en faveur des algériens.

En seconde période, ce sont les adversaires qui ont inscrit un but à la 48° minute, justement refusé pour un hors jeu très net. Néanmoins, les nôtres ont semblé revenir dans de meilleures dispositions. Brahimi, bien servi dans la profondeur, rate deux occasions nettes d'ouvrir le score entre les 50° et 60° minutes. Quelques minutes plus tard, Bendebka, Boulaya et Bounedjah entrent à la place de Feghouli, Brahimi et Slimani. Le rendement est tout de suite nettement meilleur. Une domination très nette des algériens plus consistante, qui très malheureusement , s'est avérée être un festival d'occasions, non concrétisées ou perdues. Pour Bendebka, Bounedjah deux fois de la tête, Mahrez, maladroit, alors que les buts étaient vides. Le plus facile a été gâché par Benrahma, seul face aux buts adverses et qui ne cadre pas son tir, après avoir été bien servi par Atal. Ce fut véritablement désespérant et frustrant. Le tout allié à un comportement héroîque et décisif de Mohammed Kamara,jeune gardien de but de 22 ans qui n'a rien laissé passer, bloquant ou détournant les tirs de la main, du pied, de la tête. Un vrai mur, tout de rouge vêtu ! Et ému aux larmes, alors qu'il recevait, à juste titre, le trophée de meilleur homme du match.

La série d'invincibilité se poursuit et atteint 35 matches. Mais il faut indiquer aussi que c'est la première fois, depuis Ocobre 2018, que notre sélection ne marque aucun but, au cours d'une rencontre. Ce fut un des ces "jours sans". Un jour de "moins bien". Nos joueurs nous doivent une revanche. Nous avons confiance, car eux et leur coach savent se regarder en face, pour analyser la situation, sans concession, afin d'y apporter les remèdes adéquats.

Réaction des sélectionneurs

John KEISTER : "C'était difficile face aux champions d'Afrique...Nous avons fait preuve de professionnalisme... nous espérons continuer sur cette lancée, lors des deux prochains matches..."

Djamal BELMADI :" Il a fait très chaud et très humide....On voulait bien démarrer et commencer par une victoire et on a eu plus d'occasions qu'il n'en fallait ... On a failli à notre tâche... J'assume la responsabilité de ce semi-échec... Il faudra corriger ce qui est à corriger et revenir avec l'envie de gagner tous les matches...Nous avons un second match important face à la Guinée Equatoriale, il faudra le gagner ".

Réaction des médias

Etrangers :
lequipe.fr : "L'Algérie rate son entrée "
rfi.fr : "L'Algérie cale d'entrée face au Sierra Leone."
football365.fr : " L'Algérie accrochée par la Sierra Leone".

Nationaux :
competition.dz : "Les Verts accrochés d'entrée"
la gazettedu fennec : " une entame insipide et brouillonne"
dzfoot.com : "Un nul au goût de défaite"
lebuteur.com :"L'Algérie tenue en échec par la Sierra Leone"
el watan : "Débuts laborieux des Verts"
liberté :"Les verts ratent leurs débuts à la CAN"
aps.dz : "L'Algérie et la Sierra Leone se neutralisent" aussi "Les Verts démarrent du mauvais pied"



                                                                                        PHASE DE GROUPES
                                                                                                         ALGERIE - GUINEE EQUATORIALE

Tout est possible en football !!
Pour leur première rencontre dans l'histoire, la Guinée Equatoriale, 114° dans le classement FIFA a battu (1-0), l'Algérie, classée 29° et championne d'Afrique en titre !! L'auteur du but victorieux, Esteban Obiang, né en Espagne, où il joue pour Antequera, un club andalou de Segunda B, équivalant à la 4° Division.

Ainsi va le football . Notre sélection avait raté son entrée dans cette CAN, en partageant les points 0-0 avec la Sierra Leone. Elle était donc attendue et appelée à se ressaisir pour apparaître sous un visage différent. Il n'en a rien été. Ce résultat négatif a eu au moins deux conséquences. Il met en danger la qualification pour les 1/8 de finale. Il met fin à la série de 35 matches sans défaite de l'Algérie.
Le onze présenté par Belmadi avait fière allure, puisque 10 champions de 2019 étaient présents, parmi lesquels Bennacer, absent face à la Sierra Leone. Le match avait lieu à 20 heures.
Et que s'est-il passé ?
Dès le début du match, tout semblait aller, avec des algériens dominateurs, ayant accaparé le ballon et les espaces. Ils auraient même pu mener au score si le but de Bounedjah ( 22° minute) n'avait pas été annulé pour un hors jeu de Mahrez. Ce fut là, malheureusement, la seule occasion véritable d'une domination stérile. Les équatoguinéens ont fini par desserrer l'étau et sont allés menacer sérieusement les buts algériens, à la suite d'un coup franc direct de Ganet (37°) qui a failli surpendre M'bolhi. Ensuite grâce à un tir tendu (40°) de Salvador Edu qui passe de peu à côté de la lucarne gauche de M'bolhi.

Quelques minutes après le retour des vestiaires, coup dur pour notre sélection, lorsque Benlamri est victime d'une blessure à la cuisse (54°). Il est remplacé par Mehdi Tahrat, guéri du Corona...Rien de consistant à signaler, sinon que les algériens ne paraissent pas en mesure de faire la différence. En cause, le manque de liens entre les lignes et la défaillance concomitante de ceux qui généralement donnent le ton et créent les occasions. Ils jouent pourtant le tout pour le tout, ce qui les expose aux contres adverses. Il en est ainsi de Nlavo qui, par bonheur rate son face à face avec notre gardien. Les algériens vont répliquer à la 56° minute et la 66° minute par l'intermédiaire de Belaïli.
Mais à la 70° minute, nouveau coup dur. Sur un corner, Sebastian Obiang, seul au second poteau, marque de près, donnant l'avantage aux hommes de Juan MICHA OBIANG.
Les nôtres ne se laissent pas abattre et continuent de pousser, mails voient leurs efforts contrariés par un raté incroyable de Slimani (83°) et un but de Belaïli, refusé pour hors jeu (84°) . La pression algérienne ne se dément pas mais l'adversaire bien recoquevillé sur ses buts, ne laisse rien passer et va réduire à néant les desseins algériens,malgré d'ultimes tentatives de Bensebaïni et Atal.

Alors qu'elle comptait parmi les favoris rien, jusqu'à présent, n'a réussi à notre sélection dans cette CAN 2021, dans laquelle l'élimination la guette, où elle se retrouve classée à la dernière place de ce groupe E avec un seul petit point. .Avant un 3° match face à la Cöte d'Ivoire qui,elle, compte déjà 4 points. Je me souviens, de m'être réjoui, il y a quelques mois, de cette situation, parce que dans ma tête, je pensais naïvement que Côte d'Ivoire et Algérie arriveraient à ce stade, forte chacune de 6 points. Et donc il s'agirait là d'une formalité. Quel calcul présomptueux ! Quelle désillusion !
Et nous voici dos au mur avec la victoire pour objectif unique! Un souhait déjà formulé avant le match face à la Guinée Equatoriale et qui ne s'est pas réalisé ! Et il semble illusoire dès lors que les ivoriens sont, théoriquement, nettement meilleurs que les équatoguinéens.

Mais en football tout est possible ! Dans les deux sens. Tant que mathématiquement la qualification est possible, Il faut donc y croire et penser que rien n'est perdu ! Ceci sans entrer dans les scénarios et les calculs détaillés !

Réaction des sélectionneurs :

Juan Micha OBIANG BICOGO : " Nous sommes très contents de notre match...Face au tenant du titre, nous avons abordé le match sans complexe...C'est une victoire qui nous relance pour la qualification.

Djamal BELMADI : " Il n'ya apas toujours des explications rationnelles à tout. On peut dominer outrageusement sans marquer. Une inefficacité ahurissante qui change un match, une vie...Je crois toujours en mes joueurs...Je leur ai dit que je suis très peiné que leurs efforts n'ont pas été récompensés...La Côte d'Ivoire est une grosse équipe, mais ce ne sera pas insurmontable... Tant que je suis en vie je vais y croire, on doit y croire...On n'abandonnera pas ".

Réaction des médias :

Etrangers :
rfi.fr : "Défaite choc de l'Algérie face à la Guinée Equatoriale"
lequipe.fr: "L'Algérie en grand danger après sa défaite face à la Guinée Equatoriale"
onzemondial.com :" Fin de série d'invincibilité pour l'Algérie...Enorme sensation, les Fennecs battus et en danger d'élimination"
ouestfrance.fr :" Battue par la Guinée Equatoriale, l'Algérie voit sa qualification s'éloigner"
afrik-foot.com :" La Guinée Equatoriale fait chuter l'Algérie "

Nationaux :
lebuteur.com: "Fin de série pour l'Algérie qui chute face à la Guinée Equatoriale"
competition.dz :"L'Algérie tombe de haut"
dzfoot.com : "La catastrophe"
elwatan :"Défaite amère des Verts. Qualification compromise"

liberté :" Fin de série pour las Vets...DUR, DUR "



                                                                                      PHASE DE GROUPES
                                                                                                              COTE D'IVOIRE - ALGERIE


Un match entre deux habitués. Un des plus anciens adversaires de l'Algérie. Imaginez, la première rencontre remonte à 1965, aux Jeux Africains de Brazzaville. Et celle-ci sera la 23°. Le bilan est assez équilibré : 8 victoires algériennes,7 nuls et 7 défaites. Dans le strict cadre des phases finales de la CAN : 8 matches , 3 victoires algériennes, contre 3 défaites et 2 nuls. Qui remportera ce 9° choc?

Pour ce nouveau rendez-vous, Djamal Belmadi dispose de tous ses joueurs, à l'exception de Benlamri, blessé lors du match précédent. La formation présentée, correspond bien à la nature du défi qui les attend : il faut gagner. Dans ce but la volonté et l'esprit offensifs doivent primer. Sur le papier, nous avions tout cela. Sur le terrain, il en fut tout autrement.

Dès l'entame, on note trois percées, sur le côté droit algérien. Deux par Max Gradel, qui " balade" Atal, la troisiéme par le latéral gauche Konan. Après 20 minutes, l'Algérie réagit par Bennacer qui voit son tir renvoyé par le poteau. Tout de suite après, les ivoiriens vont ouvrir la marque, de très près, à la 23° minute par Kessié, à la suite de deux échanges rapides avec Pepe, qui ont pris en défaut le flanc gauche algérien. 23 minutes 0-1.

Notre sélection qui avait opté pour un jeu direct de longues balles vers les attaquants et uine éxécution rapide des balles arrêtées, n'arrive plus à se créer d'autres occasions dignes d'être rapportées. Les ivoiriens désormais encouragés par leur avantage au score, évoluent à l'aise. Ils bénéficieront d'un coup franc qu'Aurier joue rapidement pour le placer sur la tête de Ibrahim Sangaré, bien démarqué dans la surface. M'bolhi n'en peut mais...40 minutes 0-2.

Au début de la seconde période, Slimani prend la place de Benrahma, promu titulaire pour ce match important. Il fut quasiment invisible. Il n'a pas été le seul, les défaillances individuelles s'ajoutant les unes aux autres. Belaïli, promu meneur de jeu paraissait totalement hors circuit. Mahrez ne quittait pas son aile, il ne put tenter aucun débordement, tant son adversaire ne le lachait pas d'un centimètre. Les deux milieux, Bennacer et Zerrouki, étaient bien inférieurs à leurs vis à vis. Les défenseurs paraient au plus pressé, mais ils ont souvent succombé au surnombre et au jeu précis d'adversaires, beaucoup plus véloces et techniquement au point.

Nicolas Pepe s'en est donné à coeur joie face à un Bensebaïni méconnaissable et un Bedrane souvent hors de position. Il finira par tromper notre défense pour marquer un superbe but à mi-hauteur, au second poteau de M'bolhi. 55° minute, 0-3. Un score déjà encaissé à 2 reprises, dans le passé, des pieds ivoiriens.

Belaïli se promène de la gauche vers la droite, sur le front de la défense ivoirienne. Il entre dans la surface et après avoir réussi un joli petit pont, il est abattu et bénéficie d'un pénalty. Trois minutes de palabres inutiles. Finalement à la 60° minute, Ryad Mahrez exécute la sentence. Malheureusement son tir est renvoyé par le poteau. Poisse quand tu nous tiens !

Après l'heure de jeu, Bendebka remplace Bennacer et Brahimi en fait de même pour Bounedjah. Un semblant de réveil est noté, chez nos joueurs qui perdent moins de duels et cherchent délibérément à aller de l'avant. Ce n'est ni du classique, ni du haut niveau. Mais l'état d'esprit semble avoir changé. La conséquence en sera un but inattendu de la tête, réussi par Bendebka à la 74° minute.
Quelques minutes plus tard, un nouveau coup de tête de Slimani est sorti difficilement en corner par le gardien ivoirien. On se prend à espérer, puisqu'à 2-3, il s'agit d'un autre match...Hélàs !! L'éclaircie algérienne ne durera pas pas longtemps. Deux changements encore du côté algérien, dix minutes avant le terme de la partie. Benayada et Boulaya entrent à la place de Atal et Belaïli.
Les ivoiriens sont assurés des 3 points, ils "tricotent", mais vont tout de même inscrire un quatrième but, annulé pour un hors jeu de Haller.

Ils furent supérieurs aux nôtres qui n'ont pas pu, ni su tenir leurs promesses, annoncées avant ce match. Ils sont éliminés dès ce premier tour en terminant derniers du groupe avec un seul point et un seul but inscrit.
Un scénario en tout point semblable à celui de la CAN 1992, à savoir, l'élimination au premier tour de l'Algérie, championne d'Afrique en titre.

Au moyen de phrases identiques, Mahrez et Mandi l'ont reconnu eux-mêmes : "Nous n'avons pas été au niveau". Belaïli a demandé pardon au peuple algérien. Ni l'un ni les autres, n'ont fourni des explications à ce nouveau déboire.
Ils ont fait la promesse de redresser la tête afin d'arracher, lors des barrages du mois de Mars 2022, la qualification pour la prochaine Coupe du Monde. Demeurons positifs et acceptons-en l'augure !

Notre déception est d'autant plus immense que nous n'arrivons pas à mettre le doigt sur ce qui a conduit notre sélection à plonger, en quelques jours dans un tel gouffre, alors qu'elle était invancue depuis plus de 3 années. Belmadi a dit qu'on pourrait en parler des heures, durant. C'est vrai ! Mais cela n'empêchera pas de multiples interrogations. Lesquelles ne cesseront que lorsque notre sélection aura démontré qu'elle a retrouvé ses esprits et sa stabilité. Combien de temps pour cela ? Fin Mars c'est déjà une date et un test grandeur nature !

OPTA, un organisme considéré comme le leader mondial des statistiques sportives, a, à l'issue de ce premier tour de la CAN , fourni des chiffres étonnants concernant notre sélection : Les voici :
- L'équipe avec le plus de possession de balle en moyenne (63,59%)
- La 2° qui tire le plus au but (46 fois derrière le Nigéria 48 fois)
- La 3° équipe qui cadre le plus de tirs (15)
- La 3° à réussir le plus de passes (368)
Des chiffres assez surprenants pour une équipe qui n'a marqué qu'un seul but en 3 matches. La preuve qu'en football, le but reste le roi, le maïtre absolu.

Gustav Sebes, patron de la Hongrie dorée du début des années 50, inventeur du football total et du 4-2-4 affirmait : "En football, il ne suffit pas de bien jouer, il faut marquer un but de plus que l'adversaire".
Il en sait quelque chose, après la finale de la Coupe du Monde 1954, perdue 2-3 par la Hongrie, face à l'Allemagne, alors qu'elle menait 2-0 après 8 minutes de jeu.

Cette élimination précoce et inattendue de l'Algérie, a retenti comme un grand coup de tonnerre dans le ciel africain. Il est toujours intéressant et utile d'examiner ce qu'en pensent quelques techniciens à la valeur reconnue sur la scène de notre continent.

Claude LEROY : "Il me semble que l'Algérie s'est trompée de combat, en poursuivant de manière obsessionnelle le record d'invincibilité. On n'entendait que ça dans toutes les interviews.
Une fois qu'ils ont perdu, c'est comme si un ressort s'était cassé. Or le match le plus important est le suivant. Le football est une éternelle école d'humilité.
Djamal a fait un travail remarquable, mais une équipe échappe vite à son créateur".

Gernot ROHR : "Sûre de son invincibilité, le premier échec contre la Sierra Leone fut terrible. Le 2° match fut pire. Et la Côte d'Ivoire était meilleure. Il n'y a pas à discuter quand on regarde les matches. C'était insuffisant.
Cela prouve qu'ils avaient la pression et que défendre un titre n'est jamais évident. Ce sont des choses qui arrivent. Voyez l'Allemagne, championne du Monde en 2014 et éliminée dès le premier tour en 2018 en Russie".

Aliou CISSE : "L'Algérie aurait pu entrer dans la compétition de la meilleure des façons, en gagnant son premier match, au regard des occasions qu'elle a eues. Ce ne fut pas le cas.
Un attaquant a besoin d'être en confiance. Un attaquant qui doute, c'est compliqué, même pour son entraîneur.
Et tant qu'il ne marque pas, il continuera à douter. C'est un avertissement à tous les soi-disants favoris du continent africain".

Réaction des sélectionneurs :

Patrice BEAUMELLE : "Nous sommes montés cerscendo dans la compétition. Ce soir, ce fut un match presque parfait. Je dois féliciter mes joueurs, il y a une âme dans cette sélection, une âme collective...
L'Algérie est un adversaire redoutable qui, sur cette compétition, n'a pas su se mettre en confiance".

Djamal BELMADI : " On s'est préparé à 100% pour cette compétition. On voulait défendre notre titre. Nous n'avons pas obtenu ce que l'on est venu chercher. C'est un échec total ! Et je suis le premier responsable. Si quelque chose n'a pas fonctionné, c'est moi le seul responsable...
J'ai bien sûr une idée sur ce qui n'a pas marché... Beaucoup de choses, mais trop tôt pour en parler. Il est trop tôt pour expliquer comment utiliser cet échec pour se relever...On a échoué, oui ! Mais parler de crise n'est pas opportun. Les barrages arriveront très vite ".

Réaction des médias :

Etrangers :
lequipe.fr : "L'Algérie détrônée sans gloire"
onzemondial.com : "Tenante du titre, l'Algérie balayée par la Côte d'Ivoire"
rfi.fr :" L'Algérie championne d'Afrique, éjectée par la Côte d'Ivoire"
football365.fr : "L'Algérie humiliée"

afrik-foot. com :" La Côte d'Ivoire éjecte l'Algérie"
gazzetta.it : " Kessié élimine Bennacer...Ouragan ivoirien sur les champions algériens"

Nationaux:
lebuteur.com: " Les Verts éliminés"
compétition.dz :" L'Algérie quitte la CAN"
dzfoot.com :"Les Verts éliminés au premier tour"
liberté :"Choc et incompréhension"
elmoudjahid :"La CAN, c'est fini"
elwatan :"Fin de parcours brutale pour les Verts"

Aujourd'hui, 22 Janvier, à 16 heures 12, le verdict est tombé: L'Algérie affrontera le Cameroun lors des barrages qualificatifs pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar.
Match aller au Cameroun, le retour en Algérie, les deux rencontres lors de la dernière semaine du mois de Mars.
Les quatre autres matches opposeront l'Egypte au Sénégal, le Ghana au Nigeria, la RD du Congo au Maroc et le Mali à la Tunisie.

Le voilà donc, le test grandeur nature. Un grand défi à relever pour la sélection algérienne, face à un adversaire,qu'elle n'a jamais battu en match officiel, aujourd'hui en pleine confiance, aspirant à remporter la CAN qu'il est en train d'organiser sur son territoire.

Une finale de la CAN qui a été remportée par le Sénégal, face à l'Egypte, au terme de 120 minutes sans but, suivies de la fatidique séance de tirs au but qui a finalement souri (0-0 a.p.et 4-2) aux sénégalais, lesquels réussissent leur sacre après 2 tentatives infructueuses en finale (2002 et 2019).
Pour le gain de la 3° place, le Cameroun, pays hôte, mené 0-3 , par le Burkina Faso, a effectué une remontée spectacuclaire pour revenir à 3-3 et finalement triompher aux tirs au but ( 5-3).

Comme cela était à prévoir, le ratage de la CAN 2021 a entraîné un recul sévère de notre sélection, dans le dernier classement FIFA, publié le 10 Février. Au niveau mondial, elle passe de la 29° place à la 43°, avec un total de 1460,93 points contre 1516, précédemment. Sur le plan africain elle perd 4 places pour se se retrouver désormais 7°.


 

 

Retour Suivant
 

 

 
Copyright © 2012 carfootal.dz! Tous droits réservés.