CSS Menu Css3Menu.com

 
  L E   P A R C O U R S  
 

   LES ETAPES DE LA ROUTE VERS L'ANGOLA

Première étape


Pour le remplacer, voilà que l’on parle de Rabah Saadane, à demi mot puis à haute voix. Des discussions sont entamées, des négociations aussi, sur le programme de travail, la composition de l’équipe qui doit assister Saadane. Celui-ci s’exprime en tant que sélectionneur devant les média. Il va même accepter de jouer en France un match amical contre le Mali. A cet effet, il  va convoquer les mêmes joueurs, à une exception près, qui avaient été dirigés par Cavalli lors du dernier match officiel. Dans la ville française de Rouen, les Verts, sous une pluie battante, sauront bien négocier cette première sortie en ouvrant le score. Se faisant rattraper et même dépasser, ils  sauront donner le dernier coup de rein pour l’emporter finalement (3-2) dans le temps additionnel.


Naguère occasionnelle ou circonstancielle, la présence en sélection des joueurs expatriés va se faire de plus en plus massive à partir du début de ce 21° siècle. Le niveau déclinant des clubs algériens y étant pour beaucoup. Il sera de plus en plus fait appel à une nouvelle génération de joueurs algériens nés et jouant à l’étranger (France mais aussi Belgique, Angleterre, Allemagne, Grèce, Italie ou Portugal) jeunes, très prometteurs et prenant souvent une part active et décisive au sein de leurs clubs respectifs. Une règlementation récente de la FIFA avait  aussi permis  aux expatriés de toutes nationalités de rejoindre la sélection de leur pays d’origine ( celui de leurs parents) même s’ils ont été retenus dans une sélection de jeunes de moins de 21 ans du pays d’accueil , où ils sont nés et où ils résident. Il leur suffisait d’exprimer ce choix avant d’atteindre l’âge de 21 ans et de fournir un dossier administratif à la FIFA. Trois joueurs au moins rejoindront la sélection algérienne grâce à cette nouvelle directive, qui reste ouverte à d’autres…Il résulte de tout cela que très souvent au cours de ces 5 dernières années, la sélection nationale a parfois compté moins de 3  joueurs évoluant en Algérie. Ce nombre fut même réduit à un seul (le gardien Gaouaoui) lors du dernier match dirigé par Cavalli et ensuite par Saadane, face au Mali.


Les objectifs pour le nouveau patron de la sélection  sont clairs : il s’agit de se qualifier pour les rendez-vous de 2010 : Coupe d’Afrique et Coupe du Monde dont les matches seront jumelés tout comme en 2006. Les matches de qualification se dérouleront en 2 phases, la première, théoriquement moins ardue que la seconde.  Le tirage au sort effectué à partir des  classements CAF/FIFA, place l’Algérie en compagnie du Sénégal, de la Gambie et du Libéria. Saadane  n’est pas mécontent de ce groupe et il pense qu’il faut récolter 12 points pour pouvoir espérer prendre 1 des 2 places qualificatives et aspirer ainsi à la seconde phase, au cours de laquelle 20 équipes, réparties en 5 groupes, auront à se disputer 5 places pour la Coupe du Monde et 15 places pour la Coupe d’Afrique des Nations. Nous en sommes encore très loin.


Saadane s’active, se projette dans l’avenir, appréhende la future absence, pour 2 matches de suspension, des défenseurs Meniri et Bougherra, évoque le nom de Brahim HEMDANI (Glasgow Rangers), longtemps « réfractaire » à l’équipe nationale, quand il jouait à Marseille.


Un sparring-partner est trouvé pour un match amical, le 26 Mars 2008, ce sera l’Angola. Un autre est recherché pour le 6 Février 2008. La charrue avant les bœufs, me direz-vous ? Deux dates que la FIFA réserve pour les matches amicaux et officiels. Saadane est donc pleinement engagé. Il se préoccupe notamment de faire fixer, par la Fédération,  le montant des primes et autres indemnités qui seront servies aux  joueurs et par voie de conséquence au staff technique. Ceci dit, fin Décembre 2007, aucune annonce officielle de signature d’un contrat entre la FAF et Saadane n’avait été faite !


En définitive, les responsables s’avèreront incapables d’organiser un match amical en Février. Saadane convoque et réunit les sélectionnés en France pendant 3 jours, sans aucune nouveauté sauf celle de Brahim Hemdani. Une dizaine de jours avant le rendez-vous amical du 26 Mars avec l’Angola, on apprend que cette sélection  a changé d’avis et qu’elle  n’a plus l’intention de rencontrer l’Algérie. Il faut donc chercher et trouver une autre sélection africaine disponible. On parle de la République démocratique du Congo. Encore une fois en France mais où donc ?


Saadane vante les qualités du lieu de regroupement « déniché » dans la grande banlieue parisienne, lequel, selon lui, offre de très bonnes conditions de travail et de récupération. Le feuilleton commence avec tous les jours un lieu différent…Les autorités françaises autant administratives que sportives ne voient pas d’un bon œil la réunion, à l’occasion d’un match de la sélection, de milliers de spectateurs d’origine algérienne dans une région parisienne traumatisée  par les émeutes à répétition. Le veto du Préfet obligera donc les Verts à aller jouer à Goussainville (25.000 habitants).En catimini pour ainsi dire, car aucune annonce officielle n’en a été faite. Mais « le téléphone arabe » fonctionne bien, même en France. Les joueurs et dirigeants  seront tout surpris de trouver autant de monde autour de la main courante de ce petit stade.

Cette décision du Préfet n’offusque pas Saadane outre mesure qui insiste sur le fait que Goussainville était un  bon choix en raison de la qualité de la pelouse…Qui veut-il convaincre lorsque l’on sait que les matches officiels auront lieu à Dakar, Blida et Banjul où la qualité des pelouses n’est pas garantie ? Bonne ou mauvaise pelouse, le match amical, face à la RD du Congo, se terminera par un nul (1-1) peu flatteur. Ce fut là l’occasion des débuts de  Faouzi CHAOUCHI, le gardien de but de la JS Kabylie, du défenseur de Bastia  Fethi HAREK et de l’attaquant du MC Saïda Cheikh HAMIDI. Brahim Hemdani, blessé, n’y prend pas part.


Rien à se mettre sous la dent, sinon attendre la mi-Mai et la fin des différents championnats pour le prochain regroupement avant le match du 31 Mai à Dakar, premier de la série de 4 matches officiels, le dernier fixé au 20 Juin à Blida. Un vrai marathon de fin de saison, avec 2 matches à l’extérieur et 2 matches à domicile.


Pour le match face au Sénégal, Saadane doit pourvoir à l’absence des défenseurs Bougherra et Meniri suspendus. Il se passe des services de Bouzid très peu utilisé à Galatasaray et lui préfère Slimane Raho (33 sélections), défenseur latéral droit de Sétif,  très régulier, mais qui est absent de la sélection depuis 2005. Au centre de la défense c’est  Samir Zaoui qui a ainsi l’occasion de fêter sa 14° cape. Mais les tout nouveaux sont les milieux défensifs, Brahim Hemdani (Glasgow Rangers) et Khaled LEMMOUCHIA (ES Sétif). Rafik HALLICHE, un jeune défenseur de Hussein Dey, récemment transféré au Portugal, fera une courte apparition en seconde mi-temps.


En cette soirée dakaroise, on eut à découvrir une formation algérienne nettement plus alerte et dangereuse que ses hôtes locaux, mais qui s’est avérée incapable de conclure les très nombreuses attaques parfois rondement menées. Une faute d’inattention des défenseurs algériens fournira l’occasion au Sénégal de marquer sur corner le but de la victoire. Une fois de plus on notera : Dommage ! Mais le fait est que les 3 points de la qualification sont allés chez notre principal adversaire.


Quinze jours plus tard, victoire (3-0) sans problèmes à Blida contre le Libéria, match qui sonne le réveil de Karim Ziani (2 buts) plutôt « absent » à Marseille, durant toute la saison. Il inscrivait là le 600° but de l'équipe nationale. On enregistra aussi à cette occasion la première réalisation de Rafik Djebbour avec la sélection. Hemdani, blessé à Dakar, va disparaître de la circulation pendant le reste de la campagne de qualification ! Nadir Belhadj et Kamel Ghilas sont autorisés à aller régler leurs problèmes de transfert, alors qu’il reste encore 2 matches officiels à disputer ! Comprenne qui pourra ?


Moins de 10 jours plus tard nouveau voyage vers la côte ouest africaine pour rendre visite à la Gambie et espérer récolter sinon une victoire, du moins le point du nul. La Gambie marque sur pénalty dès la 19° minute et la cause est entendue. Deux nouveaux attaquants font leurs débuts dans la sélection : Mohammed SEGUER du MC Saïda et Nabil HEMANI  (JS Kabylie),  meilleur buteur du championnat 2008. En vain !


Rien de surprenant à ce nouvel échec : la sélection algérienne s’avère toujours incapable de gagner chez l’adversaire.
Moins d’une semaine plus tard, retrouvailles à Blida avec la Gambie, battue (1-0) grâce à un but de la tête, du défenseur Anther Yahia. En seconde période, tour à tour, Bezzaz, Djebbour et Ziani se montreront d’une maladresse insigne et sont incapables de marquer, ce dernier face à des buts vides !!!  En cas d’égalité aux points avec la Gambie, un ou deux buts supplémentaires auraient été très utiles pour le goal average particulier….Il n’en fut rien.


Ces considérations n’ont rien d’anodin, car après le forfait de quelques équipes dans d’autres groupes de qualification, la FIFA a décidé d’annuler les résultats obtenus contre l’équipe classée dernière de chacun des groupes. Pour l’Algérie, qui compte 2 victoires et 6 points, le salut réside dans des victoires lors des 2 derniers matches, à domicile face au Sénégal et à l’extérieur contre le Liberia. Ce qui lui permettrait de terminer en tête du groupe et n’avoir donc pas à se préoccuper de calculs oiseux en vue d’arracher une des 8 meilleures places de second.


Sur le plan local, le championnat s’est achevé avec le 14° titre national de la JS Kabylie, l’équipe ayant dominé la situation de manière indiscutable. Ce qui fut discutable est la manière honteuse dont certains clubs ont maltraité l’éthique sportive en alignant leur équipe réserve ou même des juniors lors de matches disputés en fin de saison et perdus, parfois à domicile, face à des adversaires menacés de relégation qui trouvèrent là les points dont ils avaient besoin pour se maintenir en Division Une et ce, au détriment d’autres clubs menacés. Un tel comportement n’entraîna ni sanction, ni condamnation de la part des autorités sportives. Des instances qui n’avaient  d’autorités que le nom et qui ont laissé faire ou ont eu à céder à la pression de la rue, incapables de prendre leurs responsabilités pour trancher de manière définitive et décisive un litige entre 2 clubs. Les détails sont développés dans le chapitre Champ 4.


Revenons à la sélection pour dire que  fin Juin 2008, l’Algérie enregistra son plus mauvais classement FIFA, 103° place.
En vue de préparer le match décisif du 5 Septembre face au Sénégal, celle-ci  s’est rendue au nord de la France, mi Août, pour rencontrer la sélection des Emirats Arabes Unis. Une courte victoire (1-0) à l’issue d’un match, sans rythme ni allant, sanctionnera ce débat typique de début de saison. Moins de 15 jours avant l’échéance Sénégal, les aspects positifs se réduisent au retour en forme de Karim Ziani et Yacine  Bezzaz. Le premier servant le second qui marque d’une splendide tête plongeante l’unique but de cette joute amicale.
                                                                           
Peu de modifications sont enregistrées dans le groupe de joueurs convoqués par R. Saadane, en vue d’affronter le Sénégal, sauf à signaler l’absence, pour suspension, du capitaine Yazid Mansouri (remplacé poste pour poste par Cherif Abdeslam de la JS Kabylie) et le retour après blessure de Saïfi et Hemdani ainsi que ceux de K.Ghilas et Belhadj qui ont réglé leurs problèmes personnels de transfert. Le mois de Ramadan a débuté le lundi 1er Septembre, le match  du 5 Septembre, face au Sénégal, est donc programmé à 22 heures dans un stade de Blida plein à craquer. Les joueurs algériens, n’ayant sans doute pas bien digéré leur repas de rupture du jeûne, vont être totalement « absents » pendant les 45 minutes de la première période. Pas une seule action concertée à se mettre sous la dent, alors que l’adversaire, assez bien organisé, montre qu’il n’est pas là pour défendre un nul hypothétique.


Au  retour des vestiaires, les joueurs algériens semblent être sortis de leur torpeur et  avoir achevé leur digestion. Ils attaquent de manière plus franche sans occasion nette de scorer. De leur côté les sénégalais sont toujours bien présents à tel point qu’ils vont surprendre la défense et les spectateurs pour marquer sur contre attaque à la 54° minute. Ce but inattendu n’aura toutefois aucun effet négatif sur la sélection algérienne qui va poursuivre ses offensives, surtout à caractère individuel. Et à la 60° minute le milieu Bezzaz, si convaincant face aux Emirats et si effacé lors de la première période, va conclure un slalom osé et étonnant par un tir violent qui sera dévié par le défenseur Cheikh Gueye dans ses buts. Une très belle action de Bezzaz. Emoustillés par cette égalisation  ses camarades vont beaucoup mieux jouer et coordonner leurs actions.


A l’issue de l’une d’entre elles, au cours de laquelle 7 joueurs ont échangé le ballon, celui-ci échoit à Belhadj complètement démarqué sur la gauche. Il ne se fera pas faute de délivrer un centre précis au deuxième poteau sur la tête de Bezzaz lequel va lui-même servir Saïfi au point de pénalty et qui de la tête va mettre le ballon hors de portée du gardien de but  sénégalais Tony Silva.


Les offensives algériennes continuent face à des adversaires assez désorientés. Sur un corner bien tiré par Belhadj, le défenseur Anther Yahia marque de la tête. Un score de 3-1 avec  trois buts en 13 minutes. Le compte semblait bon, moins de vingt minutes avant le coup de sifflet final. Les joueurs algériens ne forcent pas la mesure, cependant que leurs adversaires sénégalais finiront par émerger de ce coup d’assommoir. Ils vont même réduire le score sur une nouvelle erreur de marquage sur le  côté droit de la défense algérienne. Les prestations de Bougherra et Yahia, en défense centrale, celles de Ziani et Bezzaz au milieu de terrain et même en attaque ont été le côté positif de ce match au cours duquel il fallait à tout prix s’imposer afin d’assurer sa survie.


Le verdict définitif et sans appel est attendu pour la dernière journée du 11 Octobre, quand l’Algérie ira à Monrovia se mesurer au Liberia, lanterne rouge du groupe, alors que le Sénégal accueillera la Gambie.

Voulant éviter toute entente ou tricherie éventuelles, la FIFA décida de faire disputer le même jour et à la même heure tous les matches de cette ultime journée là où cela s’imposait.  Il en fut ainsi de  Sénégal-Gambie  et  Libéria-Algérie.


Ce match de la dernière chance pour l’Algérie, numéro 100 pour les éliminatoires de la CAN, se terminera par un match nul sans but (0-0). Mais la providence voulut ou fit que la Gambie menée au score, réussira à égaliser en fin de partie face au Sénégal.  Un résultat à 3 conséquences : 1 . L’Algérie terminait première de son groupe et se qualifiait pour le troisième et dernier tour. 2 . La Gambie s’offrait la seconde place et restait dans l’attente des résultats des autres groupes en vue d’une éventuelle qualification.  3 . Le Sénégal était relégué à la troisième place, synonyme d’élimination définitive.


La sélection algérienne, incapable d’exploiter à son avantage les nombreuses occasions qu’elle s’était créée, doit ainsi une fière chandelle aux valeureux gambiens. Elle fera ainsi partie des 20 sélections, réparties en 5 groupes de 4 équipes qui auront à se disputer les 15 places qualificatives pour la CAN 2010 pour Angola/2010 et les 5 places qui ouvriront droit à la phase finale de la CDM 2010 en Afrique du Sud.


Le grand bond en avant réussi par l’Algérie dans le classement FIFA,(saut de la 103° place, au mois de Juin dernier, à la 56° début Octobre ) pourra être très utile lors du nouveau tirage au sort. Celui-ci sera en mesure de fournir quelques clés, bien que seule compte la réalité du terrain. Réponse le 22 Octobre. En tout état de cause il s’agira d’une aventure qui s’annonce  encore plus périlleuse pour l’Algérie qui devra montrer un autre visage. Les attaquants se sont avérés impuissants à l’extérieur (0 but). Les milieux de terrain ont surtout affiché des velléités défensives sans aucun souci de création de jeu. Les défenseurs (le secteur le plus efficace de l’équipe) supportant tout le poids du match, finissent parfois par lâcher prise et commettent des erreurs.


Le classement FIFA, combiné avec l’élimination du Sénégal, offre à l’Algérie la 10° place africaine. C’est une situation favorable. Le tirage au sort des groupes pour le troisième et dernier tour de qualification a finalement placé l’Algérie dans le Groupe C en compagnie du Rwanda, de l’Egypte et de la Zambie. Ce tirage aurait-il pu être meilleur ou pire ? L’avenir nous le dira. Il n’en reste pas moins que l’Algérie trouvera dans cette partie méridionale de l’Afrique un climat plus clément et jouer au Caire en Novembre est idéal. Ceci dit, le Rwanda de 2008 n’est certainement plus celui rencontré par l’Algérie en 2004-2005. Au cours du second tour il a posé des problèmes au Maroc. La Zambie a connu des hauts et des bas tout en terminant en tête de son groupe, lors du second tour. L’Egypte n’est pas à présenter pour les Algériens. Elle a consolidé sa position de leader continental après ses deux derniers titres africains consécutifs en 2006 et 2008.


L’Algérie débutera ses rencontres en allant jouer au Rwanda fin Mars 2009. Deux matches ensuite au mois de Juin, à domicile face à l’Egypte puis à l’extérieur en Zambie. Pour les matches retour la sélection algérienne recevra deux fois, coup sur coup, la Zambie puis le Rwanda en Septembre et Octobre avant d’aller en découdre, en Novembre au Caire, avec le favori du groupe, surtout un adversaire qui s’est traditionnellement avéré difficile à manœuvrer  lors d’éliminatoires disputés en aller et retour. Conclusion : la sélection algérienne, devra élever son niveau, jouer les matches à fond, engranger coûte que coûte les 9 points à domicile et s’efforcer de prendre des points chez les adversaires rwandais et zambien. Autrement, le dernier match du groupe, ayant lieu au Caire, sera plein de risques dans une atmosphère que l’on sait à l’avance détestable.


Alea jacta est : entre les mois de Mars et de  Novembre 2009, la parole passera aux joueurs sur le terrain. Les nôtres sauront-ils se surpasser ? Pour se préparer à cette tâche, ils disposeront de peu de temps : trois dates FIFA seulement, en vue de disputer des rencontres amicales : Novembre 2008, Février et Août 2009.  De ce point de vue les trois autres concurrents disposent d’un avantage certain sur l’Algérie, par le fait que leur sélection comprend moins de joueurs expatriés. Une sélection  que l’on peut donc réunir à volonté sans attendre le feu vert de la FIFA,  ni le bon vouloir des clubs étrangers.


Le premier test amical du 18 Novembre, face au Mali, disputé à Rouen, s’est déroulé en l’absence, dans les deux formations, de plusieurs joueurs titulaires. Il se terminera sur un score de parité 1-1. Les Maliens surprennent leur adversaire grâce à un joli but dès la 7° minute avant  de subir une domination algérienne tout à fait stérile et d’encaisser un but « miraculeux » à la 94° minute. La satisfaction algérienne aura été l’incorporation d’un nouvel avant-centre Abdelkader GHEZZAL  qui joue à Sienne, série  A  (Italie) et qui a confirmé le bien que l’on pensait de lui.


Au mois de Février 2009, les élections à la Fédération marqueront le retour de Mohammed  Raouraoua  à la tête de l’entité suprême du football algérien. Retour prometteur de quelqu’un qui a mûri loin d’Alger, tout en dirigeant le football arabe et faisant de la Ligue des Champions  Arabes  une compétition  désormais très courue.


Mi-Février aura aussi connu le premier galop de l’équipe nationale victorieuse (2-1) à Blida du onze national du Bénin. La nouvelle recrue Ghezzal ayant eu là l’occasion d’ouvrir son compteur buts.

Les choses sérieuses débutèrent le 28 Mars 2009 à Kigali face au Rwanda, où comme je l’ai signalé les conditions climatiques sont plus favorables que dans d’autres capitales africaines. La sélection algérienne était handicapée par l’absence de Karim Ziani suspendu pour cumul de cartons jaunes et d’Anther Yahia blessé. Samir Zaoui remplaçant habituel de Yahia eut la malchance de se blesser lui aussi 48 heures avant le match. C’est donc le jeune Rafik Halliche qui a eu l’honneur de défendre les couleurs pour la première fois en match officiel, qui plus est,  à l’extérieur.


La formation présentée par Rabah Saadane n’avait rien de défensif, puisque 4 attaquants de métier étaient là dès le coup d’envoi. Après une première mi-temps où les Algériens se sont créé les meilleures occasions de marquer, mais ont laissé passer leur chance, ce sont les rapides rwandais qui vont prendre la direction des opérations, laissant toutefois apparaître une inefficacité et un manque de métier pour conclure, tout à fait flagrants. Les Algériens se réveilleront vers la fin du match avec des essais de Belhadj, Bouazza, enfin Ghezzal privé d’un but par le poteau. Le match se termine sur le score vierge de 0-0. Et les avis étaient partagés : Nous avons récolté un point ; nous avons perdu 2 points…Le verre à moitié plein ou à moitié vide…Face au Rwanda, notre séledtion disputait là son 100° match officiel à l'extérieur.


Un début de réponse surviendra le lendemain lorsque, dans l’autre match du groupe, l’Egypte, à domicile, concède le nul (1-1) face à la Zambie…Ce qui n’empêcha pas les discussions de continuer : 2 points perdus ou 1 point gagné. L’avenir révèlera une partie de la vérité. Pour cela il va falloir sans doute attendre le mois de Juin et  les matches de l’automne.


Dans le courant du mois d’Avril 2009, on apprendra que le cauchemar judiciaire de Lakhdar  Belloumi , accusé ,à tort, d’avoir blessé une personne dans le hall d’un hôtel du Caire (une affaire  qui remontait à 1989) est définitivement clos, suite au retrait de la plainte du médecin égyptien qui abandonne toute poursuite et ceci grâce à l’action combinée des 2 Comités Olympiques algérien et égyptien.


Sur le plan national, l’Entente de Sétif qui a perdu sa couronne de champion arabe, remporte son quatrième titre de champion d’Algérie et reste le seul club algérien encore en course dans les compétitions africaines de clubs. Le CR Belouizdad, lui, s’adjuge la Coupe d’Algérie, la sixième de son histoire. Le RC Kouba qui avait fait couler beaucoup d’encre rétrograde en division II pendant que le WA Tlemcen et le MC Oran retrouvent l’élite de la Division Une après un an de « purgatoire. »

Bien avant la fin des championnats, Rabah Saadane arrête sa liste des joueurs en prévision de la rencontre du 7 juin à Blida face aux égyptiens, doubles champions d’Afrique. Il n’y a pas de grosse surprise, ni beaucoup de changements par rapport à celle  de Mars 2009 lors du match au Rwanda. Sauf à noter l’absence de Saïfi pour suspension et les retours de Karim Ziani (de suspension) et Anther Yahia (de blessure). Comme de coutume le match a commencé une semaine à l’avance. Le prix très élevé des places ne décourage pas les fans de la sélection algérienne qui a passé 10 jours à se préparer dans le sud de la France.

Les algériens savent à quoi s’en tenir car la veille, la Zambie, jouant à domicile, a disposé du Rwanda 1-0 et pris la tête du groupe.
Le match est programmé pour la soirée, mais dès l’ouverture des portes, en milieu d’après-midi, le stade est pris d’assaut par une vague humaine couverte de vert et de blanc. 30 secondes après le coup d’envoi donné par  l’arbitre sud-africain Bennet , l’attaquant algérien Rafik Djebbour réussit un petit pont parfait sur un défenseur adverse avant de tirer…de loin, dans les bras du gardien.
Allait-on assister à un départ en fanfare des algériens ? Chacun le souhaite. Toutefois la vérité est de dire que les occasions se font rares ( 2 pour chaque camp) et elles sont plus nettes du côté égyptien. Il y a peu de phases de jeu organisé, mais les algériens gagnent presque tous leurs duels aussi bien en attaque qu’en défense. On aura aussi noté la maladresse du gardien égyptien Al Hadary et les ratés de Nadir Belhadj sur balles arrêtées…

La reprise va être tout de suite plus animée car  les milieux  Ziani et Matmour ont été replacés dans les zones qu’ils affectionnent. Résultat : la pression des algériens est évidente. Sur un corner, enfin bien tiré par Belhadj, Matmour, au second poteau, reprend de la tête. On crie au but mais un défenseur égyptien sauve sur sa ligne. Ce n’est que partie remise, car le ton est donné. Bientôt Ziani sert Matmour qui, de son aile droite, n’hésite pas à se lancer en diagonale vers le centre, passant en revue un certain nombre de défenseurs adverses, jusqu’à la limite de la surface, d’où il va tirer victorieusement du pied gauche dans le coin à ras de terre. Al Hadary est battu. Le stade chavire de bonheur. C’est exactement l’heure de jeu.
Trois minutes plus tard, coup franc gagné par Ziani que Belhadj va exécuter à la perfection. L’avant centre algérien Ghezzal, aux 6 mètres, saute plus haut que tout le monde et catapulte de la tête le ballon dans les filets. Cet avantage à la marque était le reflet de la domination et la maîtrise marquées des joueurs algériens sur le ballon et les espaces.
Douze minutes encore et voici Ziani, devenu insaisissable, qui sert sur un plateau Djebbour, cependant que Ghezzal s’en va vers la droite, entraînant dans son sillage 3 défenseurs égyptiens. Djebbour entre dans la surface, fait preuve d’un très grand sang froid avant de battre de près Al Hadary inutilement sorti à sa rencontre.

Les spectateurs sont fous de bonheur. Malgré les mises en garde d’avant match, contre leur utilisation, les feux de Bengale et les fumigènes multicolores illuminent le ciel de Blida. Il reste encore 13 minutes à jouer. Les remplaçants égyptiens se démènent. Ils combinent bien face au relâchement évident des algériens. Ils finiront par sauver l’honneur à la 87° minute par Abou Trika. Trois buts à un, score inhabituel. Une première. En effet jamais auparavant, jouant à domicile, la sélection algérienne n’avait réussi à marquer 3 buts face à l’Egypte. Trois buts en 16 minutes en seconde mi temps, presqu’aussi bien qu’une année auparavant, sur ce même terrain, face au Sénégal.
Cela nous a fait vraiment plaisir de voir la sélection algérienne jouer comme elle l’a fait au cours de cette seconde période. Le cœur sans cesse remis à l’ouvrage, la détermination, quelques exploits techniques personnels, étant le plus souvent les premiers sur la balle et  beaucoup de sérieux ont constitué la dominante de cette prestation. Ce qui ne gâche rien, et il faut s’en féliciter,  le match s’est déroulé dans le meilleur esprit ce qui honore les 28 acteurs présents et nous a changé des incidents, contestations, tricheries, simulations et autres stupidités si fréquentes lors des matches entre les deux pays.
Pendant 48 heures, dans les coins les plus reculés du pays les gens ont défilé pour fêter cette victoire. L’Algérie occupe désormais la première place de ce groupe C avec 4 points, autant que la Zambie, mais avec une meilleure différence de buts. Tout le monde attend de cette sélection qu’elle continue dans cette voie et ce dès le 20 Juin,  justement en Zambie…

En prévision de ce match, Saadane,  choisira une fois de plus de garder son équipe à l’écart. C’est  en Afrique du Sud que sera préparé cet important rendez-vous. Un lieu choisi d’ailleurs dès le mois d’Avril. Les nouvelles ne sont pas des meilleures  concernant le  lieu du match en Zambie. En raison de l’indisponibilité des 2 stades importants du pays à Lusaka et Ndola, la rencontre est programmée à Chililabombwe. Petite  ville et petit stade où les conditions de jeu et de sécurité ne seront peut-être pas idéales. Attendons de voir.

Signalons qu’au début du mois de ce mois de Juin, le Congrès de la FIFA avait adopté une proposition de la Fédération algérienne tendant à supprimer toute limite d’âge (21ans) en vue de permettre aux joueurs jouissant de la double nationalité, d’opter pour une nouvelle sélection de leur choix lorsqu’ils ont déjà joué dans les catégories de jeunes d’un pays quelconque. La seule condition restant que le candidat n’a jamais évolué en équipe A. Ceci pourrait permettre à certains pays, africains notamment, de pouvoir récupérer, pour leur équipe nationale, des joueurs ayant dépassé les 21 ans sans s’être prononcés. L’Algérie a ainsi en point de mire 3 à 4 bons éléments, nés et jouant à l’étranger, qui, s’ils le désirent, pourront rejoindre les rangs de la sélection algérienne. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Retour Suivant
 

 

 
Copyright © 2012 carfootal.dz! Tous droits réservés.